"Nous voulons vous dire de ne pas avoir peur, d'aller de l'avant avec cette énergie rénovatrice et ce souci constant qui nous aide et nous fait bouger pour être plus joyeux et plus disponibles", a dit le souverain pontife, accueilli en fin d'après-midi comme une rock star par des hourras et les applaudissement de milliers de fidèles.

"Aller de l'avant non pas pour créer une église parallèle un peu plus +divertissante+ ou +cool+ dans un événement pour les jeunes, avec tel ou tel élément décoratif, comme si cela vous suffisait pour vous rendre heureux", a-t-il poursuivi depuis une gigantesque estrade construite au bord du Pacifique.

"Penser ainsi serait ne pas vous respecter et ne pas respecter ce que l'Esprit nous dit à travers vous", a-t-il ajouté dans cette région où les églises locales sont fortement concurrencées par les cultes évangéliques, notamment dans le quartiers populaires ou auprès des communautés indigènes.

Le pape François, adepte des réseaux sociaux, a manifesté à plusieurs reprises depuis le début de son pontificat le besoin de réformer l'église sans pour autant aborder des dossiers sensibles comme le mariage gay, l'avortement, l'euthanasie ou le sacerdoce des femmes.

Jeudi en fin de journée, François est allé à la rencontre des milliers de jeunes du monde entier qui l'ont parfois attendu pendant plusieurs heures pour assister à la cérémonie d'accueil du souverain pontife.

François est arrivé sur l'estrade accompagné par cinq jeunes représentant autant de continents. Dans la foule, on pouvait voir de nombreux drapeaux de différents pays.

"Nous voulons vous dire de ne pas avoir peur, d'aller de l'avant avec cette énergie rénovatrice et ce souci constant qui nous aide et nous fait bouger pour être plus joyeux et plus disponibles", a dit le souverain pontife, accueilli en fin d'après-midi comme une rock star par des hourras et les applaudissement de milliers de fidèles. "Aller de l'avant non pas pour créer une église parallèle un peu plus +divertissante+ ou +cool+ dans un événement pour les jeunes, avec tel ou tel élément décoratif, comme si cela vous suffisait pour vous rendre heureux", a-t-il poursuivi depuis une gigantesque estrade construite au bord du Pacifique."Penser ainsi serait ne pas vous respecter et ne pas respecter ce que l'Esprit nous dit à travers vous", a-t-il ajouté dans cette région où les églises locales sont fortement concurrencées par les cultes évangéliques, notamment dans le quartiers populaires ou auprès des communautés indigènes.Le pape François, adepte des réseaux sociaux, a manifesté à plusieurs reprises depuis le début de son pontificat le besoin de réformer l'église sans pour autant aborder des dossiers sensibles comme le mariage gay, l'avortement, l'euthanasie ou le sacerdoce des femmes.Jeudi en fin de journée, François est allé à la rencontre des milliers de jeunes du monde entier qui l'ont parfois attendu pendant plusieurs heures pour assister à la cérémonie d'accueil du souverain pontife. François est arrivé sur l'estrade accompagné par cinq jeunes représentant autant de continents. Dans la foule, on pouvait voir de nombreux drapeaux de différents pays.