Après deux mois de quarantaine, les autorités chinoises ont pris la décision de mettre fin au confinement total pour les 60 millions d'habitants de la province du Hubei. Depuis le 25 mars, les rues de Wuhan se repeuplent: quelques voitures circulent, certaines lignes de métro ont repris du service, et les citoyens ont été invités à venir chercher les cendres des défunts dans les salons funéraires.
...

Après deux mois de quarantaine, les autorités chinoises ont pris la décision de mettre fin au confinement total pour les 60 millions d'habitants de la province du Hubei. Depuis le 25 mars, les rues de Wuhan se repeuplent: quelques voitures circulent, certaines lignes de métro ont repris du service, et les citoyens ont été invités à venir chercher les cendres des défunts dans les salons funéraires.Or, dans les huit salons funéraires ouverts à cet effet, de longues files d'habitants s'amassent et de (trop) nombreuses urnes s'entassent. De quoi non seulement remettre en cause les données officielles publiées par le gouvernement, mais aussi relancer la pression sur les autorités qui luttent pour garder un certain contrôle sur le récit du confinement chinois.D'autant que certains clichés suspects véhiculés sur les réseaux sociaux viennent renforcer les doutes. Le média chinois Caixin a notamment publié une photo d'un camion transportant des urnes : " le conducteur a déclaré qu'il avait empilé plus de 2 500 urnes dans son camion, et qu'il avait déjà déchargé le même nombre d'urnes la veille", explique le média dans la légende. Une autre photo montre également un grand nombre d'urnes empilées sur le sol.Selon les chiffres officiels du gouvernement chinois, 2 535 personnes sont mortes du virus à Wuhan. Un décompte qui a néanmoins rendu sceptiques de nombreux experts en Chine, notamment à cause des tentatives des autorités pour couvrir l'épidémie à ses débuts, mais aussi à cause des multiples révisions de la façon dont les cas ont été recensés tout au long de la quarantaine.L'agence de presse Bloomberg a mené l'enquête : si tous les décès ne sont pas nécessairement dus au coronavirus, le nombre de crémations réalisées fin 2019 était supérieur de 1 583 par rapport à l'année précédente, affirme-t-elle. Certaines familles ont même déclaré avoir été obligées d'attendre plusieurs heures pour récupérer les cendres de leurs proches.Les journalistes ont alors contacté les salons funéraires pour avoir plus de précisions quant au nombre réel d'urnes livrées chez eux. Six des huit salons funéraires de Wuhan ont déclaré qu'elles n'avaient pas de données précises quant au nombre total d'urnes, ou qu'elles n'étaient pas autorisées à divulguer les chiffres. De quoi nourrir le doute...