Décerné le 7 octobre, cinq jours après le rejet par les Colombiens d'un premier accord de paix lors d'un référendum, ce prix est "tombé comme un cadeau du ciel parce qu'il nous a donné une impulsion décisive" pour trouver un nouveau compromis avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a déclaré le président Santos à Oslo.

"Les gens en Colombie l'ont interprété comme un mandat de la communauté internationale pour persévérer, pour continuer à se démener pour conclure un accord de paix", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse dans la capitale norvégienne, à la veille de la cérémonie pour le Nobel.

Après y avoir apporté quelques modifications pour tenir compte des propositions de l'opposition, le gouvernement de M. Santos et les Farc ont signé le 24 novembre un accord qui met fin à un conflit ayant fait au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés en plus d'un demi-siècle.

Ratifié cette fois par le Congrès, le texte prévoit, comme le précédent, le désarmement des Farc et leur transformation en mouvement politique.

Décerné le 7 octobre, cinq jours après le rejet par les Colombiens d'un premier accord de paix lors d'un référendum, ce prix est "tombé comme un cadeau du ciel parce qu'il nous a donné une impulsion décisive" pour trouver un nouveau compromis avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie, a déclaré le président Santos à Oslo. "Les gens en Colombie l'ont interprété comme un mandat de la communauté internationale pour persévérer, pour continuer à se démener pour conclure un accord de paix", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse dans la capitale norvégienne, à la veille de la cérémonie pour le Nobel.Après y avoir apporté quelques modifications pour tenir compte des propositions de l'opposition, le gouvernement de M. Santos et les Farc ont signé le 24 novembre un accord qui met fin à un conflit ayant fait au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés en plus d'un demi-siècle.Ratifié cette fois par le Congrès, le texte prévoit, comme le précédent, le désarmement des Farc et leur transformation en mouvement politique.