L'armée indienne avait posté lundi les photos "des empreintes du yéti", déclenchant hilarité et scepticisme sur les réseaux sociaux. Le porte-parole de l'armée népalaise Bigyan Dev Pandey a déclaré que des officiers de liaison népalais s'étaient rendus sur place mais qu'à leur arrivée, les empreintes laissées dans la neige avaient disparu.

Mais les habitants ont raconté aux officiers qu'il s'agissait vraisemblablement de traces de plantigrades, et expliqué qu'il y avait souvent dans la région des empreintes étranges. "Selon les habitants et les porteurs, de telles traces inhabituelles apparaissent fréquemment dans la zone et sont le fait d'ours sauvages", a-t-il dit à l'AFP. Cette hypothèse va dans le sens de commentaires de spécialistes de la faune sauvage qui ont estimé que les Indiens avaient en fait vu des traces de pas de plantigrades élargies par le soleil et le vent.

Sur les photos de l'armée indienne, on pouvait voir des traces de pas mesurant quasiment un mètre de long. "Pour la première fois, une expédition en haute montagne de l'armée indienne a localisé les mystérieuses empreintes de la bête mythique yéti'", avaient tweeté les forces armées du géant d'Asie du Sud. "L'insaisissable Homme des neiges n'avait été vu auparavant que dans le parc national de Makalu-Barun", ajoutaient-elles, en référence aux fameuses empreintes retrouvées par l'explorateur britannique Eric Shipton en 1951 sur un glacier du mont Everest.

D'après de vieilles légendes népalaise et tibétaine, le "yéti" - l'abominable homme des neiges - est une créature simiesque, géante et féroce, qui hante les pentes de l'Himalaya. Son existence n'a encore jamais été prouvée scientifiquement.