Les Arabes disent de plus en plus qu'ils ne sont plus religieux, selon l'enquête la plus approfondie menée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, relayée par la BBC. Plus de 25.000 personnes ont été sondées entre fin 2018 et printemps 2019 pour l'enquête menée pour BBC News Arabic par le réseau de recherche Arab Barometer.
...

Les Arabes disent de plus en plus qu'ils ne sont plus religieux, selon l'enquête la plus approfondie menée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, relayée par la BBC. Plus de 25.000 personnes ont été sondées entre fin 2018 et printemps 2019 pour l'enquête menée pour BBC News Arabic par le réseau de recherche Arab Barometer. Depuis 2013, le nombre de personnes s'identifiant comme "non croyant" est passé de 8% à 13%. La hausse est plus conséquente chez les moins de 30 ans (18%), toujours selon la recherche. Seul le Yémen connait la tendance inverse.Le sondage s'est également demandé comment se positionnaient ces citoyens issus de 10 pays (Tunisie, Libye, Algérie, Liban, Maroc, Égypte, Soudan, Jordanie, Irak, Yémen) et des Territoires palestiniens sur certains débats sociétaux. L'acceptation de l'homosexualité varie, mais elle est toujours faible ou extrêmement faible dans la région. La plupart des personnes sondées soutenaient le droit d'une femme à devenir chef d'État, à l'exception de l'Algérie. Mais lorsqu'il s'agissait de la vie privée et familiale, la plupart - y compris une majorité de femmes, note la BBC - pensent que les maris devraient toujours avoir le dernier mot sur les décisions. Il n'y a qu'au Maroc que moins de la moitié de la population pense qu'un mari devrait toujours être le décideur final.Côté politique, il a été demandé aux participants de juger les politiques menées par le président américain Donald Trump, le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan. Dans tous les pays, les politiques de Donald Trump sur le Moyen-Orient sont les dernières du classement. Dans sept des onze endroits étudiés, la moitié ou plus ont approuvé l'approche du président turc Recep Tayyip Erdogan. Le Liban, la Libye et l'Égypte ont classé la politique de Vladimir Poutine en pole position.La sécurité est également une des préoccupations principales au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Lorsqu'on a demandé quels pays représentaient la plus grande menace pour leur stabilité et leur sécurité nationale, les États-Unis ont été identifiés comme la deuxième plus grande menace dans l'ensemble de la région, derrière Israël et juste devant l'Iran.Dans tous les pays interrogés, le sondage a révélé qu'au moins une personne sur cinq envisageait d'émigrer. Au Soudan, en proie à une situation politique et civile chaotique, ils représentaient la moitié de la population. Les raisons économiques sont très souvent un facteur déterminant. Mais contrairement à certaines idées reçues, tous ne visent pas une vie en Europe. Si elle reste la première destination, l'Europe est moins populaire qu'elle ne l'était autrefois.