"Nous ne pouvons que saluer la volonté politique de prolonger ce document", a déclaré aux journalistes le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov.

Il a toutefois ajouté que "tout dépendra des détails de cette proposition", qui doivent encore "être étudiés".

L'administration précédente de Donald Trump avaient voulu conditionner le prolongement du traité.

Or "un certain nombre de ces conditions ne nous convenaient absolument pas, alors prenons d'abord connaissance de ce que les Américains proposent et nous ferons ensuite un commentaire", a relevé M. Peskov.

La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a annoncé jeudi que les Etats-Unis "entendent aboutir à une prolongation de cinq ans de New Start, comme le permet le traité", estimant qu'il est "dans l'intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis, encore plus nécessaire quand les relations avec la Russie sont tendues".

Vladimir Poutine s'était lui aussi dit favorable à une extension de cinq ans du traité au cours des derniers mois, marqués par des négociations entre Washington et Moscou qui n'ont pas abouti. Le traité expire le 5 février.

Ce traité, le dernier accord du genre entre les deux anciens rivaux de la Guerre froide, limite les arsenaux des deux puissances nucléaires à un maximum de 1.550 ogives déployées chacun, soit une réduction de près de 30% par rapport à la limite précédente fixée en 2002.

Il limite aussi le nombre de lanceurs et bombardiers lourds à 800, ce qui reste suffisant pour détruire la Terre plusieurs fois.

"Nous ne pouvons que saluer la volonté politique de prolonger ce document", a déclaré aux journalistes le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. Il a toutefois ajouté que "tout dépendra des détails de cette proposition", qui doivent encore "être étudiés". L'administration précédente de Donald Trump avaient voulu conditionner le prolongement du traité. Or "un certain nombre de ces conditions ne nous convenaient absolument pas, alors prenons d'abord connaissance de ce que les Américains proposent et nous ferons ensuite un commentaire", a relevé M. Peskov. La porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a annoncé jeudi que les Etats-Unis "entendent aboutir à une prolongation de cinq ans de New Start, comme le permet le traité", estimant qu'il est "dans l'intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis, encore plus nécessaire quand les relations avec la Russie sont tendues".Vladimir Poutine s'était lui aussi dit favorable à une extension de cinq ans du traité au cours des derniers mois, marqués par des négociations entre Washington et Moscou qui n'ont pas abouti. Le traité expire le 5 février. Ce traité, le dernier accord du genre entre les deux anciens rivaux de la Guerre froide, limite les arsenaux des deux puissances nucléaires à un maximum de 1.550 ogives déployées chacun, soit une réduction de près de 30% par rapport à la limite précédente fixée en 2002. Il limite aussi le nombre de lanceurs et bombardiers lourds à 800, ce qui reste suffisant pour détruire la Terre plusieurs fois.