Selon cette étude du service fédéral des statistiques Rosstat consacrée aux conditions de vie des Russes, 35% des familles ne peuvent pas se permettre d'acheter deux nouvelles paires de chaussures chaque année -une pour l'hiver, une pour l'été- pour chaque membre. "Il m'est difficile d'expliquer les critères selon lesquels cette étude sociologique a été réalisée. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il est question de chaussures", a affirmé aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Je ne pense pas qu'on puisse analyser cette étude d'un point de vue pratique. Elle porte plutôt un caractère académique", a-t-il estimé.

Cette étude a été très commentée, alors que la popularité de Vladimir Poutine a chuté depuis l'annonce d'un relèvement de l'âge de la retraite et d'une hausse de la TVA. Ces mesures impopulaires ont mis en lumière les difficultés du quotidien des Russes dont les revenus moyens sont très faibles, notamment en province, et baissent depuis cinq ans.

Ces conclusions interviennent aussi au moment où les statistiques officielles sont soupçonnées de maquiller la réalité après le passage de Rosstat, agence jusqu'alors indépendante, dans le giron du ministère de l'Économie.

Selon l'étude, menée l'an dernier auprès de 60.000 ménages, 53% des familles n'ont pas les moyens de répondre à des dépenses inattendues, telles des réparations à la maison ou des frais médicaux. La moitié des ménages (49,1%) ne peut pas se permettre de voyager une semaine par an pour des vacances et le quart ne peut pas inviter des amis pour fêter un anniversaire ou le Nouvel An. Plus d'une famille sur cinq n'a pas les moyens d'acheter des fruits à toutes les saisons, selon la même étude.

Le Kremlin s'est donc attiré des commentaires acerbes des internautes russes, l'un deux conseillant par exemple sur le site de l'agence de presse publique Ria Novosti au porte-parole du Kremlin de se contenter de deux paires de chaussures (des tongs pour l'été et des bottes en feutre pour l'hiver). "L'incapacité d'acheter des chaussures, c'est un signe de la misère. Le Kremlin ne devrait pas pratiquer la démagogie et montrer une nouvelle fois son éloignement de la vie réelle des gens", a estimé une autre internaute sur le même site.

Selon cette étude du service fédéral des statistiques Rosstat consacrée aux conditions de vie des Russes, 35% des familles ne peuvent pas se permettre d'acheter deux nouvelles paires de chaussures chaque année -une pour l'hiver, une pour l'été- pour chaque membre. "Il m'est difficile d'expliquer les critères selon lesquels cette étude sociologique a été réalisée. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi il est question de chaussures", a affirmé aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Je ne pense pas qu'on puisse analyser cette étude d'un point de vue pratique. Elle porte plutôt un caractère académique", a-t-il estimé.Cette étude a été très commentée, alors que la popularité de Vladimir Poutine a chuté depuis l'annonce d'un relèvement de l'âge de la retraite et d'une hausse de la TVA. Ces mesures impopulaires ont mis en lumière les difficultés du quotidien des Russes dont les revenus moyens sont très faibles, notamment en province, et baissent depuis cinq ans.Ces conclusions interviennent aussi au moment où les statistiques officielles sont soupçonnées de maquiller la réalité après le passage de Rosstat, agence jusqu'alors indépendante, dans le giron du ministère de l'Économie.Selon l'étude, menée l'an dernier auprès de 60.000 ménages, 53% des familles n'ont pas les moyens de répondre à des dépenses inattendues, telles des réparations à la maison ou des frais médicaux. La moitié des ménages (49,1%) ne peut pas se permettre de voyager une semaine par an pour des vacances et le quart ne peut pas inviter des amis pour fêter un anniversaire ou le Nouvel An. Plus d'une famille sur cinq n'a pas les moyens d'acheter des fruits à toutes les saisons, selon la même étude.Le Kremlin s'est donc attiré des commentaires acerbes des internautes russes, l'un deux conseillant par exemple sur le site de l'agence de presse publique Ria Novosti au porte-parole du Kremlin de se contenter de deux paires de chaussures (des tongs pour l'été et des bottes en feutre pour l'hiver). "L'incapacité d'acheter des chaussures, c'est un signe de la misère. Le Kremlin ne devrait pas pratiquer la démagogie et montrer une nouvelle fois son éloignement de la vie réelle des gens", a estimé une autre internaute sur le même site.