Douze titulaires et un suppléant ont déjà été choisis pour rendre le verdict contre le policier blanc Derek Chauvin qui est resté agenouillé pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire noir agonisant.

Le juge Peter Cahill souhaite disposer de deux jurés supplémentaires pour être sûr de mener à terme ce procès exceptionnel, même en cas de désistements.

Les personnes choisies jusqu'ici incarnent la diversité de la population de Minneapolis, une ville du Nord des Etats-Unis très cosmopolite: il compte sept personnes blanches, quatre noires (dont deux immigrés) et deux métisses. Les femmes y sont majoritaires (8 sur 15).

Ces citoyens tirés au sort, dont l'identité ne sera révélée qu'une fois le verdict rendu, exercent des professions variées (chimiste, infirmière, informaticien...), sont jeunes ou sexagénaires, marié, divorcé, veuf ou célibataire.

Leur point commun ? Avoir convaincu l'accusation et la défense qu'ils pourront mettre leurs opinions de côté pour se montrer impartiaux dans ce dossier ultra-médiatisé, qui a déchaîné les passions et suscité des manifestations géantes dans tout le pays, et au-delà.

Une centaine de candidats potentiels ont été écartés au cours des deux dernières semaines, soit sur la base de leurs réponses à un questionnaire -- portant sur leurs impressions de l'accusé, des manifestants antiracistes, ou de la police -- soit lors d'un interrogatoire serré dans la salle d'audience.

Ces jurés écouteront à partir du 29 mars les arguments des parties. Le procès devrait durer trois ou quatre semaines. Ces hommes et femmes se retireront alors pour délibérer.

Ils devront prendre une décision à l'unanimité sur les trois chefs d'inculpation retenus contre Derek Chauvin.

Douze titulaires et un suppléant ont déjà été choisis pour rendre le verdict contre le policier blanc Derek Chauvin qui est resté agenouillé pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire noir agonisant. Le juge Peter Cahill souhaite disposer de deux jurés supplémentaires pour être sûr de mener à terme ce procès exceptionnel, même en cas de désistements. Les personnes choisies jusqu'ici incarnent la diversité de la population de Minneapolis, une ville du Nord des Etats-Unis très cosmopolite: il compte sept personnes blanches, quatre noires (dont deux immigrés) et deux métisses. Les femmes y sont majoritaires (8 sur 15). Ces citoyens tirés au sort, dont l'identité ne sera révélée qu'une fois le verdict rendu, exercent des professions variées (chimiste, infirmière, informaticien...), sont jeunes ou sexagénaires, marié, divorcé, veuf ou célibataire. Leur point commun ? Avoir convaincu l'accusation et la défense qu'ils pourront mettre leurs opinions de côté pour se montrer impartiaux dans ce dossier ultra-médiatisé, qui a déchaîné les passions et suscité des manifestations géantes dans tout le pays, et au-delà. Une centaine de candidats potentiels ont été écartés au cours des deux dernières semaines, soit sur la base de leurs réponses à un questionnaire -- portant sur leurs impressions de l'accusé, des manifestants antiracistes, ou de la police -- soit lors d'un interrogatoire serré dans la salle d'audience. Ces jurés écouteront à partir du 29 mars les arguments des parties. Le procès devrait durer trois ou quatre semaines. Ces hommes et femmes se retireront alors pour délibérer. Ils devront prendre une décision à l'unanimité sur les trois chefs d'inculpation retenus contre Derek Chauvin.