Le chef de la diplomatie cubaine Bruno Rodriguez Parilla a déclaré devant l'Assemblée générale des Nations unies que les Etats-Unis avaient "intensifié" leurs efforts pour renverser le gouvernement cubain.

L'embargo américain visant Cuba a été une première fois partiellement imposé en 1960, juste après la révolution menée par Fidel Castro, et reste en vigueur aujourd'hui, les Etats-Unis interdisant la plus grande partie du commerce et des voyages vers l'île des Caraïbes.

M. Parilla a souligné que l'embargo avait été "renforcé" et que "les dommages causés totalisent 975 milliards de dollars, au cours actuel de l'or".

Mais le ministre a néanmoins souligné que "le gouvernement cubain réitère sa volonté et son intérêt pour se diriger vers la normalisation des relations avec les Etats-Unis".

Il a proposé des discussions sur des questions humanitaires, de même qu'une coopération dans le domaine de la lutte anti-drogue, le terrorisme et la traite des êtres humains.

Le président américain Barack Obama a procédé en janvier à une fluidification des voyages d'Américains à Cuba pour des motifs universitaires, culturels, religieux ou sportifs. Le nombre d'aéroports américains autorisés à organiser des vols directs vers Cuba s'est également accru.

LeVif.be avec Belga

Le chef de la diplomatie cubaine Bruno Rodriguez Parilla a déclaré devant l'Assemblée générale des Nations unies que les Etats-Unis avaient "intensifié" leurs efforts pour renverser le gouvernement cubain. L'embargo américain visant Cuba a été une première fois partiellement imposé en 1960, juste après la révolution menée par Fidel Castro, et reste en vigueur aujourd'hui, les Etats-Unis interdisant la plus grande partie du commerce et des voyages vers l'île des Caraïbes. M. Parilla a souligné que l'embargo avait été "renforcé" et que "les dommages causés totalisent 975 milliards de dollars, au cours actuel de l'or".Mais le ministre a néanmoins souligné que "le gouvernement cubain réitère sa volonté et son intérêt pour se diriger vers la normalisation des relations avec les Etats-Unis". Il a proposé des discussions sur des questions humanitaires, de même qu'une coopération dans le domaine de la lutte anti-drogue, le terrorisme et la traite des êtres humains. Le président américain Barack Obama a procédé en janvier à une fluidification des voyages d'Américains à Cuba pour des motifs universitaires, culturels, religieux ou sportifs. Le nombre d'aéroports américains autorisés à organiser des vols directs vers Cuba s'est également accru.LeVif.be avec Belga