Cher Premier ministre Johnson,
...

Cher Premier ministre Johnson,Chers amis britanniques,Après les événements de ces dernières années, nous devons admettre que nos relations n'ont pas toujours été roses. Mais notre cas commun prouve que les relations les plus difficiles sont aussi les plus intéressantes.Dès nos fiançailles, la situation a été difficile. Dans les années 1950, votre pays décide de ne pas adhérer à la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Pour être clair : Clement Attlee et son gouvernement travailliste sont contre, tandis que Churchill et ses Tories sont pour. En 1955, lorsque les premiers pas sont faits dans ce qui bien plus tard allait devenir le marché intérieur, la Grande-Bretagne se retire de la table des négociations. Quelques années plus tard, le Premier ministre conservateur Harold Macmillan (1957-1963) constate à son grand dam que "pour la première fois depuis Napoléon, les grandes puissances continentales sont réunies dans un groupement économique positif, avec des aspects politiques importants". Dans une lettre adressée à son ministre des Affaires étrangères, le Premier ministre britannique ajoute qu'à sa surprise, cette union embryonnaire "n'est pas dirigée contre la Grande-Bretagne". Cela en dit long sur le degré d'autosatisfaction qui tenait déjà votre pays sous son emprise à l'époque. Comme si la débâcle de Suez en 1956 n'avait pas douloureusement démontré que la Grande-Bretagne n'était plus une superpuissance capable d'agir seule. Mais l'Europe (ou "le continent", comme vous nous appelez avec un certain détachement) n'a pas non plus été sans failles dans le difficile processus d'engagement. Le veto brutal du président français de Gaulle en '61 était une décision malvenue qui a retardé notre histoire commune de plus d'une décennie. Lorsque vous êtes finalement devenu membre de la Communauté européenne en 1973, vous le faites en traînant les pieds. En effet, moins de deux ans plus tard, le gouvernement travailliste (encore travailliste !) organise un référendum sur cette adhésion. Un plébiscite heureusement remporté de manière convaincante à 67 contre 32%.Notre relation amour-haine est poursuivie par Margaret Thatcher - qui en 1975 fait encore joyeusement campagne dans le camp pro-européen - mais, dans les années 1980, entame le revirement Torie en réclamant son argent. Dès lors, notre relation va de mal en pis. L'adhésion britannique devient ambiguë: réduction de la contribution budgétaire, "opt-out" dans le domaine de la justice et des affaires intérieures (y compris Europol) et, bien sûr, refus d'introduire l'euro. Toute cordialité a disparu. Même notre offre européenne en 2015 de mettre en place un "frein d'urgence" pour la libre circulation des personnes (ces ouvriers du bâtiment polonais agaçants, les médecins roumains et les infirmières bulgares aussi !) ne réussit pas à renverser la vapeur ni à éviter un pro-Brexit.Pourquoi ce bref rappel historique ? Pour percer le mantra trompeur des eurosceptiques - comme si le Royaume-Uni avait été trompé par l'Union européenne. Que le peuple britannique n'aurait adhéré qu'à un projet économique (en référence au nom de notre Union à l'époque). Et que l'Europe aurait rompu son contrat en se transformant "en stoemmelings" en projet politique. La lettre d'Harold Macmillan, la résistance acharnée des travaillistes, l'hésitation des Tories... prouve que les gouvernements britanniques connaissaient le caractère (géo)politique de notre Union depuis le début des années 1960. La façon dont "charbon et acier" et "Communauté de l'énergie atomique" peuvent être lus comme de simples accords de libre-échange reste un mystère pour moi. C'est de la géopolitique "pur sang" et c'est ce qu'ils doivent faire. Également dans votre intérêt national. Il y a longtemps que la Grande-Bretagne n'est plus un empire. Ou comme le dit l'actrice Olivia Colman dans son rôle de la reine Elizabeth II dans la troisième saison de The Crown : "All that happened on my watch is that the place has fallen apart". Depuis 1973, le Royaume-Uni n'est plus le cinquième, mais le neuvième pays dans le classement des économies mondiales. Dans les années 1970, les pays européens peuvent encore se leurrer: La Chine était encore un pays du tiers-monde affamé, tout comme l'Inde, et la Russie de Brejnev était paralysée par la corruption et le fossé technologique croissant avec l'Occident. Mais en 2020, il devrait être clair que les empereurs britanniques et les autres empereurs européens ne possèdent plus grand-chose. Les oligarques russes investissent massivement dans l'immobilier, des équipes de football et autres à Londres. Le Kremlin empoisonne des gens à Salisbury. Les États-Unis - tant Obama que Trump - soufflent le chaud et le froid à propos de l'accord commercial qu'ils concluraient ou non avec la Grande-Bretagne de l'après-Brexit. Vous êtes en queue du peloton. Voilà pour la relation spéciale avec vos cousins américains. Le slogan "A Global Britain" ne sert qu'à se donner du courage. Mon analyse peut sembler excessive, mais c'est parce que je trouve que le Brexit est terrible. Je ne m'y habitue pas. Parce que j'ai tant d'admiration pour la Grande-Bretagne. Vous êtes le berceau de la démocratie libérale qui est aujourd'hui soumise à une forte pression de la part des partis d'extrême droite. Vous avez inventé la démocratie parlementaire et - encore une fois, c'est ce qui caractérise les Britanniques - non seulement comme un concept philosophique, mais comme un moyen pratique. La façon dont la Chambre des communes a mis en oeuvre le Brexit était agréable à voir. Non pas à cause du spectacle politique, mais parce qu'elle rend justice à la complexité d'une société démocratique. Parce qu'elle a montré au monde entier qu'un vote par et pour un député britannique a de l'importance. Chapeau. Alors oui, je suis frustré que le Brexit ne comprenne pas à quel point le continent européen et l'île britannique partagent les mêmes valeurs. Nous pensons tous les deux que c'est une bonne chose que le président ne puisse pas changer la constitution d'un coup de crayon pour rester au pouvoir - comme c'est le cas actuellement en Russie. Nous pensons tous deux que les affaires ne doivent pas être une extension de la politique - comme c'est le cas en Chine. Ou à l'inverse - comme aux États-Unis - la politique est dominée par le plus offrant. Il existe des valeurs européennes communes et ce sont ces valeurs qui devraient guider l'accord sur nos relations futures.Bien entendu, il faut un accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE : sans droits de douane, sans quotas, sans dumping (et donc dans le respect des normes sociales et environnementales). Mais l'Union conclut de nombreux accords commerciaux avec de nombreux pays. Japon, Corée du Sud, Australie, Singapour... Le dernier mandat parlementaire, il y en a eu pas moins de seize. Mais nos ambitions doivent aller au-delà. L'UE et le Royaume-Uni doivent oser se regarder dans les yeux et admettre que nous avons besoin l'un de l'autre et que nous devons nous protéger mutuellement. Cela signifie, entre autres, une coopération policière de grande envergure, l'échange de renseignements et, bien sûr, une coopération militaire accrue au sein de l'OTAN. C'est la seule façon de se maintenir dans ce nouvel ordre mondial.À présent que l'accord de séparation est achevé, l'UE et le Royaume-Uni doivent construire un partenariat qui nous rende à la fois prospères et en sécurité. Le plus grand compromis politique nécessaire pour y parvenir me semble être le suivant. Le Royaume-Uni doit abandonner l'illusion qu'il est toujours un "empire mondial" capable de contrôler le cours de l'histoire. L'Europe, pour sa part, doit mettre de l'ordre dans sa propre maison et se débarrasser des lourdeurs institutionnelles - qui vous ont chassés - une Commission plus petite, mais plus audacieuse, la suppression de l'unanimité au Conseil et un Parlement européen doté de pleins pouvoirs. Car c'est une chose à laquelle nous, Européens, devons faire très attention : le Brexit a été un échec autant de notre part que de la vôtre. Nous devons redevenir un partenaire attractif pour le Royaume-Uni. Si nous y parvenons, il se pourrait bien qu'une nouvelle génération de Britanniques émerge et veuille rejoindre à part entière notre famille européenne.