"La gauche ne propose rien, c'est ça le problème. Elle est toujours en train de rechercher je ne sais quelle union, de provoquer je ne sais quelle réunion, d'assurer qu'elle va se mettre d'accord alors qu'en fait elle ne se met d'accord sur rien", a-t-il critiqué sur la radio publique France Inter.

L'ancien chef d'Etat s'exprimait quarante ans jour pour jour après la victoire du socialiste François Mitterrand à la présidentielle de en 1981 et trois semaines après une réunion des responsables de gauche et écologistes en vue de l'élection de l'an prochain.

Les responsables de la gauche ont à son issue convenu de se retrouver fin mai pour parler du programme, mais tous ne partagent pas l'urgence d'une candidature commune pour 2022.

"Ce que je propose", a fait valoir M. Hollande, c'est qu'"une force socialiste (...) fasse un projet, un programme, et l'ouvre à la discussion, avec des partenaires, avec les Français", car "le premier acte de la politique, c'est des idées, (...), de la proposition, pas simplement de la gesticulation, de la combinaison, des arrangements, des tables rondes".

Donc "le premier acte c'est faire un projet, le second proposer la discussion, le troisième avoir une force politique qui au premier tour fasse le score le plus élevé, et enfin faire l'union", a-t-il dit.

"La gauche ne propose rien, c'est ça le problème. Elle est toujours en train de rechercher je ne sais quelle union, de provoquer je ne sais quelle réunion, d'assurer qu'elle va se mettre d'accord alors qu'en fait elle ne se met d'accord sur rien", a-t-il critiqué sur la radio publique France Inter.L'ancien chef d'Etat s'exprimait quarante ans jour pour jour après la victoire du socialiste François Mitterrand à la présidentielle de en 1981 et trois semaines après une réunion des responsables de gauche et écologistes en vue de l'élection de l'an prochain.Les responsables de la gauche ont à son issue convenu de se retrouver fin mai pour parler du programme, mais tous ne partagent pas l'urgence d'une candidature commune pour 2022."Ce que je propose", a fait valoir M. Hollande, c'est qu'"une force socialiste (...) fasse un projet, un programme, et l'ouvre à la discussion, avec des partenaires, avec les Français", car "le premier acte de la politique, c'est des idées, (...), de la proposition, pas simplement de la gesticulation, de la combinaison, des arrangements, des tables rondes".Donc "le premier acte c'est faire un projet, le second proposer la discussion, le troisième avoir une force politique qui au premier tour fasse le score le plus élevé, et enfin faire l'union", a-t-il dit.