"La réinhumation des restes de Franco aura lieu le 10 juin au matin, ils iront au panthéon de Mingorrubio-El Pardo, qui appartient à l'Etat", et se trouve dans un cimetière au nord de Madrid où est enterrée son épouse, a déclaré la vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo.

La décision reste cependant susceptible d'un recours en justice qui pourrait retarder l'inhumation, voire la bloquer.

Dès son arrivée au pouvoir en juin 2018, le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez avait annoncé qu'il allait retirer la dépouille de Franco du gigantesque mausolée du Valle de los Caidos (la vallée de ceux qui sont tombées), à 66 km à l'ouest de Madrid.

Le transfert des restes du dictateur, s'il a lieu à la date annoncée, mettra fin à près d'un an de résistance des descendants du "Généralissime", vainqueur de la sanglante guerre civile de 1936-1939, et du monastère bénédictin qui entretient le mausolée.

Le gouvernement a d'abord dû obtenir l'appui du Vatican et a ensuite rejeté la proposition de la famille de réinhumer le dictateur dans la caveau familial dans la cathédrale de la Almudena, située en plein coeur de Madrid, à côté du Palais royal.

Le gouverment craignait que la cathédrale se transforme en lieu de pélerinage des nostalgiques de la dictature.