La dette équivaut à 172 % du PIB

Il s'agit de la dette la plus élevée de la zone euro. "Le plus grave est que plus personne ne fait confiance à l'économie grecque aujourd'hui et ne veut prêter de l'argent au pays à des taux raisonnables", s'inquiète Vox. La Grèce n'est donc plus capable de rembourser ses créanciers.

Vox
© Vox

Le taux de chômage le plus important de l'Union européenne

Le taux de chômage en Grèce dépasse aujourd'hui les 25 %, ce qui est plus qu'aux États-Unis durant la Grande Dépression, souligne Vox. La crise grecque est avant tout une crise humaine.

Vox
© Vox

La récession y est pire que durant la Grande Dépression

Selon Desmond Lachman de l'American Enterprise Institute, la Grèce connait depuis six ans une crise économique comparable à celle vécue par les Américains dans les années 30. Son économie a reculé d'environ 25 %, son taux de chômage a dépassé les 25 %, et son taux de chômage des jeunes a augmenté à plus de 50 %

En d'autres termes, "la crise de la dette a détruit l'économie de la Grèce, qui à son tour a détruit la capacité de la Grèce à rembourser ses créanciers ou à donner du travail à ses habitants, qui à son tour contraint la Grèce à mendier de l'aide auprès de la zone euro et du FMI. Et les mesures d'austérité imposées par ces derniers ont encore détruit davantage l'économie grecque", commente Vox.

Vox
© Vox

La crise ne frappe pas seulement les chômeurs

Ce tableau des revenus montre que peu importe la source de revenus (représentées chacune par une couleur), elles ont toutes diminué drastiquement depuis le début de la crise. Aucun groupe économique n'a été épargné par la crise.

Vox
© Vox

Les Grecs fuient la Grèce

Ce tableau montre un pan méconnu de la crise : la population émigre. On peut supposer que ce sont les personnes qui possèdent le plus de ressources et qui sont les plus productives économiquement qui sont parties en premier. Il est en effet plus facile de s'établir dans un autre pays lorsque l'on a un diplôme et quelques économies. Une épine de plus dans le pied grec.

Vox
© Vox

Documentaire : La Grande Dépression (Arte)

La dette équivaut à 172 % du PIB Il s'agit de la dette la plus élevée de la zone euro. "Le plus grave est que plus personne ne fait confiance à l'économie grecque aujourd'hui et ne veut prêter de l'argent au pays à des taux raisonnables", s'inquiète Vox. La Grèce n'est donc plus capable de rembourser ses créanciers. Le taux de chômage le plus important de l'Union européenne Le taux de chômage en Grèce dépasse aujourd'hui les 25 %, ce qui est plus qu'aux États-Unis durant la Grande Dépression, souligne Vox. La crise grecque est avant tout une crise humaine. La récession y est pire que durant la Grande Dépression Selon Desmond Lachman de l'American Enterprise Institute, la Grèce connait depuis six ans une crise économique comparable à celle vécue par les Américains dans les années 30. Son économie a reculé d'environ 25 %, son taux de chômage a dépassé les 25 %, et son taux de chômage des jeunes a augmenté à plus de 50 %En d'autres termes, "la crise de la dette a détruit l'économie de la Grèce, qui à son tour a détruit la capacité de la Grèce à rembourser ses créanciers ou à donner du travail à ses habitants, qui à son tour contraint la Grèce à mendier de l'aide auprès de la zone euro et du FMI. Et les mesures d'austérité imposées par ces derniers ont encore détruit davantage l'économie grecque", commente Vox. La crise ne frappe pas seulement les chômeurs Ce tableau des revenus montre que peu importe la source de revenus (représentées chacune par une couleur), elles ont toutes diminué drastiquement depuis le début de la crise. Aucun groupe économique n'a été épargné par la crise.Les Grecs fuient la Grèce Ce tableau montre un pan méconnu de la crise : la population émigre. On peut supposer que ce sont les personnes qui possèdent le plus de ressources et qui sont les plus productives économiquement qui sont parties en premier. Il est en effet plus facile de s'établir dans un autre pays lorsque l'on a un diplôme et quelques économies. Une épine de plus dans le pied grec.