La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a chargé son ministère de l'Unification, responsable des relations intercoréennes, de proposer des discussions avec le Nord à ce sujet. Depuis le 3 avril, le Nord interdit aux Sud-coréens l'accès à la zone industrielle de Kaesong, située sur son territoire à environ 10 kilomètres de la frontière. Le 8 avril, il en a retiré ses 53.000 employés à un moment où les tensions étaient très vives sur la péninsule et où Pyongyang multipliait les menaces d'attaques nucléaires contre la Corée du Sud et son allié clé, les Etats-Unis.

La Corée du Sud a à son tour retiré ses 850 employés en laissant une quantité importante de matériel sur place. "Je veux que le ministère de l'Unification propose des pourparlers avec la Corée du Nord pour que les entreprises minimisent leurs pertes en récupérant des produits finis et des matières premières", a expliqué Mme Park en conseil des ministres.

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye a chargé son ministère de l'Unification, responsable des relations intercoréennes, de proposer des discussions avec le Nord à ce sujet. Depuis le 3 avril, le Nord interdit aux Sud-coréens l'accès à la zone industrielle de Kaesong, située sur son territoire à environ 10 kilomètres de la frontière. Le 8 avril, il en a retiré ses 53.000 employés à un moment où les tensions étaient très vives sur la péninsule et où Pyongyang multipliait les menaces d'attaques nucléaires contre la Corée du Sud et son allié clé, les Etats-Unis. La Corée du Sud a à son tour retiré ses 850 employés en laissant une quantité importante de matériel sur place. "Je veux que le ministère de l'Unification propose des pourparlers avec la Corée du Nord pour que les entreprises minimisent leurs pertes en récupérant des produits finis et des matières premières", a expliqué Mme Park en conseil des ministres.