Les deux engins ont été tirés en direction de l'est, au-dessus de la mer, de la région de Wonsan, sur la côte orientale, a précisé l'état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué.

"L'armée surveille d'éventuels autres lancements et se tient prête", peut-on lire dans le communiqué.

La Corée du Nord avait réalisé en fin d'année dernière une série de tirs, dont le dernier en novembre, parlant parfois de tirs de missiles balistiques ou d'essai de "système de lancement multiple de fusées guidées de gros calibre". Il avait aussi testé en décembre un moteur.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un avait annoncé fin décembre la fin du moratoire sur les essais nucléaires et les essais de missiles balistiques intercontinentaux, lors d'une réunion des dignitaires du parti au pouvoir en Corée du Nord. Il avait par ailleurs menacé de faire la démonstration d'une "nouvelle arme stratégique".

La péninsule a connu en 2018 une remarquable détente, illustrée par des rencontres historiques entre M. Kim et le président américain Donald Trump.

Mais les négociations sur la dénucléarisation sont au point mort depuis le deuxième sommet entre les deux hommes, en février 2019 à Hanoï.

Pyongyang a par le passé tiré des missiles capables d'atteindre l'intégralité du territoire continental des Etats-Unis. La Corée du Nord a en outre réalisé six essais nucléaires, dont le dernier était celui d'un engin 16 fois plus puissant que la bombe qui a dévasté Hiroshima en 1945, selon les estimations hautes.

Les deux engins ont été tirés en direction de l'est, au-dessus de la mer, de la région de Wonsan, sur la côte orientale, a précisé l'état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué. "L'armée surveille d'éventuels autres lancements et se tient prête", peut-on lire dans le communiqué. La Corée du Nord avait réalisé en fin d'année dernière une série de tirs, dont le dernier en novembre, parlant parfois de tirs de missiles balistiques ou d'essai de "système de lancement multiple de fusées guidées de gros calibre". Il avait aussi testé en décembre un moteur. Le leader nord-coréen Kim Jong Un avait annoncé fin décembre la fin du moratoire sur les essais nucléaires et les essais de missiles balistiques intercontinentaux, lors d'une réunion des dignitaires du parti au pouvoir en Corée du Nord. Il avait par ailleurs menacé de faire la démonstration d'une "nouvelle arme stratégique". La péninsule a connu en 2018 une remarquable détente, illustrée par des rencontres historiques entre M. Kim et le président américain Donald Trump. Mais les négociations sur la dénucléarisation sont au point mort depuis le deuxième sommet entre les deux hommes, en février 2019 à Hanoï. Pyongyang a par le passé tiré des missiles capables d'atteindre l'intégralité du territoire continental des Etats-Unis. La Corée du Nord a en outre réalisé six essais nucléaires, dont le dernier était celui d'un engin 16 fois plus puissant que la bombe qui a dévasté Hiroshima en 1945, selon les estimations hautes.