Chacun des missiles était tracté sur un véhicule à 11 essieux et Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire, a estimé dans un tweet qu'il s'agissait du "plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour".

La Corée du Nord continuera de s'armer, assure Kim

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung Un a assuré samedi qu'il continuerait de renforcer son armée et soutenu qu'il n'y avait pas un seul cas de coronavirus dans son pays, lors d'un défilé militaire géant au cours duquel Pyongyang devait faire étalage de ses dernières technologies de défense.

Le défilé a été organisé à l'occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs au pouvoir dans le pays doté de l'arme nucléaire.

"Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d'autodéfense et de dissuasion", a déclaré le leader nord-coréen dans un discours retransmis en différé par la télévision d'Etat.

La télévision d'Etat KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il Sung, qui doit son nom au fondateur du régime.

Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d'habitude sur cette place.

Belga
© Belga

Kim Jong Un a assuré qu'il n'y avait "pas une seule personne" atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.

Il a souhaité "une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux" du Covid-19, alors que le président américain Donald Trump, testé positif, a récemment été hospitalisé.

Le clou du spectacle est généralement le genre de missiles que Pyongyang veut montrer, et qui sont attentivement suivis par les observateurs pour avoir une idée du développement du programme d'armement de Pyongyang.

Selon l'état-major sud-coréen, le défilé militaire s'est déroulé tôt samedi matin et a été "attentivement" suivi par les services de renseignement sud-coréens et américains.

L'événement intervient dans un contexte intérieur très lourd du fait de l'impact de la pandémie et d'une série de typhons qui ont durement touché ce pays en proie à des sanctions drastiques.

Pas de médias étrangers

Kim Jong Un, Belga
Kim Jong Un © Belga

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n'a été invité cette année. Nombre d'ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d'observateurs étrangers est limité.

Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu'elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les Etats-Unis, dans une impasse depuis plus d'un an.

Fin décembre, le leader nord-coréen avait menacé de présenter une "nouvelle arme stratégique" mais certains experts pensent que Pyongyang n'a pas l'intention d'irriter la Maison Blanche avant la présidentielle américaine.

Présenter ces armes stratégiques lors d'un défilé serait "cohérent avec les promesses de Kim Jong Un", en étant moins provocateur qu'un essai militaire, a estimé Rachel Lee, une experte des questions nord-coréennes qui travaillait auparavant pour le gouvernement américain.

Belga
© Belga

Dans ce contexte, le message adressé par le régime lors du défilé devrait surtout être à destination de la population nord-coréenne, en mettant en avant "les réalisations du Parti, l'unité autour du leader, l'amélioration de l'économie avant le Huitième Congrès du Parti", a-t-elle poursuivi en référence à une réunion prévue en janvier.

Reste que l'événement, qui implique des milliers de personnes, pourrait être très propice à la propagation du coronavirus, à moins que des "précautions extrêmes" ne soient prises, observe Harry Kazianis, du Center for National Interest, un centre de recherche.

Ce genre de mesure est cependant "très improbable", poursuit-il : "Masques et missiles ne font pas bon ménage".

Begla
© Begla
Chacun des missiles était tracté sur un véhicule à 11 essieux et Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire, a estimé dans un tweet qu'il s'agissait du "plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour". Le dirigeant nord-coréen Kim Jung Un a assuré samedi qu'il continuerait de renforcer son armée et soutenu qu'il n'y avait pas un seul cas de coronavirus dans son pays, lors d'un défilé militaire géant au cours duquel Pyongyang devait faire étalage de ses dernières technologies de défense.Le défilé a été organisé à l'occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs au pouvoir dans le pays doté de l'arme nucléaire."Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d'autodéfense et de dissuasion", a déclaré le leader nord-coréen dans un discours retransmis en différé par la télévision d'Etat.La télévision d'Etat KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il Sung, qui doit son nom au fondateur du régime.Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d'habitude sur cette place.Kim Jong Un a assuré qu'il n'y avait "pas une seule personne" atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.Il a souhaité "une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux" du Covid-19, alors que le président américain Donald Trump, testé positif, a récemment été hospitalisé.Le clou du spectacle est généralement le genre de missiles que Pyongyang veut montrer, et qui sont attentivement suivis par les observateurs pour avoir une idée du développement du programme d'armement de Pyongyang.Selon l'état-major sud-coréen, le défilé militaire s'est déroulé tôt samedi matin et a été "attentivement" suivi par les services de renseignement sud-coréens et américains.L'événement intervient dans un contexte intérieur très lourd du fait de l'impact de la pandémie et d'une série de typhons qui ont durement touché ce pays en proie à des sanctions drastiques.Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n'a été invité cette année. Nombre d'ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d'observateurs étrangers est limité. Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu'elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les Etats-Unis, dans une impasse depuis plus d'un an.Fin décembre, le leader nord-coréen avait menacé de présenter une "nouvelle arme stratégique" mais certains experts pensent que Pyongyang n'a pas l'intention d'irriter la Maison Blanche avant la présidentielle américaine. Présenter ces armes stratégiques lors d'un défilé serait "cohérent avec les promesses de Kim Jong Un", en étant moins provocateur qu'un essai militaire, a estimé Rachel Lee, une experte des questions nord-coréennes qui travaillait auparavant pour le gouvernement américain.Dans ce contexte, le message adressé par le régime lors du défilé devrait surtout être à destination de la population nord-coréenne, en mettant en avant "les réalisations du Parti, l'unité autour du leader, l'amélioration de l'économie avant le Huitième Congrès du Parti", a-t-elle poursuivi en référence à une réunion prévue en janvier.Reste que l'événement, qui implique des milliers de personnes, pourrait être très propice à la propagation du coronavirus, à moins que des "précautions extrêmes" ne soient prises, observe Harry Kazianis, du Center for National Interest, un centre de recherche.Ce genre de mesure est cependant "très improbable", poursuit-il : "Masques et missiles ne font pas bon ménage".