Le journal cite cinq anciens responsables anonymes de la CIA affirmant que les services secrets américains étaient impliqués dans l'explosion de la voiture qui a coûté la vie à Imad Mughniyah à Damas. Les Etats-Unis n'ont jamais reconnu une quelconque implication dans la mort de Mughniyah, mort que le Hezbollah a imputé aux services secrets israéliens, le Mossad, tout en promettant de venger la mort du leader militaire. Ce dernier a été impliqué dans les attaques qui ont visé en 1983 des QG militaires américains et français à Beyrouth, tuant 241 Américains et 58 Français, ainsi que dans une attaque visant l'ambassade américaine à Beyrouth qui a fait 69 morts. Il a aussi été accusé d'être derrière des attentats à la bombes survenus à Buenos Aires: l'un visant la communauté juive et qui a fait 85 victimes en 1994, l'autre visant l'ambassade d'Israël, qui a fait 29 morts en 1992. Selon le journal américain, des agents des services secrets US auraient suivi Imad Mughniyah, le 12 février 2008, alors que ce dernier sortait d'un restaurant. Ils auraient averti les agents du Mossad du moment propice pour déclencher la bombe. Celle-ci aurait été mise au point avec l'aide des Américains afin d'éviter des dommages collatéraux. Les mois précédents l'opération, la CIA et le Mossad auraient également coopéré pour pister le leader du Hezbollah. Ni la CIA ni les autorités israéliennes n'ont souhaité réagir à l'article du Washington Post.

Le journal cite cinq anciens responsables anonymes de la CIA affirmant que les services secrets américains étaient impliqués dans l'explosion de la voiture qui a coûté la vie à Imad Mughniyah à Damas. Les Etats-Unis n'ont jamais reconnu une quelconque implication dans la mort de Mughniyah, mort que le Hezbollah a imputé aux services secrets israéliens, le Mossad, tout en promettant de venger la mort du leader militaire. Ce dernier a été impliqué dans les attaques qui ont visé en 1983 des QG militaires américains et français à Beyrouth, tuant 241 Américains et 58 Français, ainsi que dans une attaque visant l'ambassade américaine à Beyrouth qui a fait 69 morts. Il a aussi été accusé d'être derrière des attentats à la bombes survenus à Buenos Aires: l'un visant la communauté juive et qui a fait 85 victimes en 1994, l'autre visant l'ambassade d'Israël, qui a fait 29 morts en 1992. Selon le journal américain, des agents des services secrets US auraient suivi Imad Mughniyah, le 12 février 2008, alors que ce dernier sortait d'un restaurant. Ils auraient averti les agents du Mossad du moment propice pour déclencher la bombe. Celle-ci aurait été mise au point avec l'aide des Américains afin d'éviter des dommages collatéraux. Les mois précédents l'opération, la CIA et le Mossad auraient également coopéré pour pister le leader du Hezbollah. Ni la CIA ni les autorités israéliennes n'ont souhaité réagir à l'article du Washington Post.