Depuis qu'un incendie a brulé le 23 décembre leur camp proche de la ville bosnienne de Bihac (nord-ouest), un millier de migrants sont sans abri par un temps très froid et pluvieux.

"La situation est totalement inacceptable. La vie et les droits fondamentaux de plusieurs centaines de personnes sont sérieusement en danger", a déclaré le représentant spécial de l'UE en Bosnie Johann Sattler, à l'issue d'une réunion avec le ministre bosnien de la Sécurité, Selmo Cikotic.

Le camp Lipa, du nom de la localité où il se trouvait, ouvert en avril, a été abandonné le 23 décembre par les équipes de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), son gestionnaire, parce que les conditions n'y étaient pas réunies pour abriter ses résidents pendant l'hiver.

Il n'a jamais été raccordé au réseau électrique et n'avait pas d'eau courante.

Il a été incendié aussitôt après, selon la police, vraisemblablement par des migrants eux-mêmes, pour protester contre le retrait de l'OIM.

M. Sattler a rencontré le ministre bosnien ensemble avec les ambassadeurs autrichien, allemand et italien en Bosnie, selon un communiqué de la délégation de l'UE à Sarajevo.

La discussion portait sur des "solutions urgentes pour une situation extrêmement préoccupante", selon la même source.

La Commission européenne, qui finance le fonctionnement de plusieurs centres d'accueil pour les migrants en Bosnie, et l'OIM réclament la réouverture d'un centre dans la ville de Bihac, mais les autorités municipales et cantonales s'y opposent.

Ce centre, installé dans une usine désaffectée, a été fermé début octobre, sous la pression des habitants.

Dans ce pays très décentralisé, le gouvernement fédéral, qui souhaite également la réouverture de ce centre, qui pourrait accueillir 2.000 personnes, ne peut pas l'imposer au pouvoir local.

Pour essayer de pallier cette crise, le gouvernement a déployé l'armée qui est en train d'installer des tentes sur le site du camp incendié, mais il semble que les migrants n'ont pas l'intention de les utiliser, car elles ne seront pas équipées de chauffage, ni d'eau courante.

Une tentative de les reloger dans une caserne dans le sud du pays a échoué mercredi, faute d'un accord politique.

En signe de protestation, ils ont refusé vendredi et samedi le seul repas qui leur est distribué par une ONG locale et la Croix-Rouge, a déclaré à la télévision publique (FTV), un responsable de la Croix-Rouge, Selam Midzic.

Quelque 8.500 migrants, qui veulent parvenir en Europe occidentale, se trouvent actuellement en Bosnie, dont près de 6.000 vivent dans des centres d'accueil, tandis qu'entre 2.500 et 3.000 n'ont pas d'abri, selon l'OIM.

Depuis qu'un incendie a brulé le 23 décembre leur camp proche de la ville bosnienne de Bihac (nord-ouest), un millier de migrants sont sans abri par un temps très froid et pluvieux."La situation est totalement inacceptable. La vie et les droits fondamentaux de plusieurs centaines de personnes sont sérieusement en danger", a déclaré le représentant spécial de l'UE en Bosnie Johann Sattler, à l'issue d'une réunion avec le ministre bosnien de la Sécurité, Selmo Cikotic.Le camp Lipa, du nom de la localité où il se trouvait, ouvert en avril, a été abandonné le 23 décembre par les équipes de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), son gestionnaire, parce que les conditions n'y étaient pas réunies pour abriter ses résidents pendant l'hiver.Il n'a jamais été raccordé au réseau électrique et n'avait pas d'eau courante.Il a été incendié aussitôt après, selon la police, vraisemblablement par des migrants eux-mêmes, pour protester contre le retrait de l'OIM.M. Sattler a rencontré le ministre bosnien ensemble avec les ambassadeurs autrichien, allemand et italien en Bosnie, selon un communiqué de la délégation de l'UE à Sarajevo.La discussion portait sur des "solutions urgentes pour une situation extrêmement préoccupante", selon la même source.La Commission européenne, qui finance le fonctionnement de plusieurs centres d'accueil pour les migrants en Bosnie, et l'OIM réclament la réouverture d'un centre dans la ville de Bihac, mais les autorités municipales et cantonales s'y opposent.Ce centre, installé dans une usine désaffectée, a été fermé début octobre, sous la pression des habitants.Dans ce pays très décentralisé, le gouvernement fédéral, qui souhaite également la réouverture de ce centre, qui pourrait accueillir 2.000 personnes, ne peut pas l'imposer au pouvoir local.Pour essayer de pallier cette crise, le gouvernement a déployé l'armée qui est en train d'installer des tentes sur le site du camp incendié, mais il semble que les migrants n'ont pas l'intention de les utiliser, car elles ne seront pas équipées de chauffage, ni d'eau courante.Une tentative de les reloger dans une caserne dans le sud du pays a échoué mercredi, faute d'un accord politique. En signe de protestation, ils ont refusé vendredi et samedi le seul repas qui leur est distribué par une ONG locale et la Croix-Rouge, a déclaré à la télévision publique (FTV), un responsable de la Croix-Rouge, Selam Midzic.Quelque 8.500 migrants, qui veulent parvenir en Europe occidentale, se trouvent actuellement en Bosnie, dont près de 6.000 vivent dans des centres d'accueil, tandis qu'entre 2.500 et 3.000 n'ont pas d'abri, selon l'OIM.