Les ministres des Affaires étrangères alliés doivent examiner jeudi comment coordonner "plus étroitement" la réponse, a indiqué mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse "virtuelle" tenue au siège bruxellois de l'Alliance en l'absence physique de journalistes, qui l'interrogeaient par Skype.

Il a énuméré une série d'aides déjà apportées entre les Etats-membres par le biais d'un organisme dépendant de l'Alliance, le Centre euro-atlantique de coordination des interventions en cas de catastrophe (EADRCC). Ce centre, qui fonctionne 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, coordonne les demandes d'aide des trente pays membres et de pays "partenaires" et les offres d'assistance en cas de crise majeure - comme celle du Covid-19. Ainsi, en réponse à une requête formulée par l'Espagne et l'Italie, la République tchèque leur fournit à chacune 10.000 combinaisons de protection. La Turquie a pour sa part envoyé mercredi du matériel médical (masques, équipements de protection et désinfectants) en Espagne et en Italie, deux pays européens durement frappés par la pandémie liée au nouveau coronavirus.

M. Stoltenberg a encore évoqué la prise en charge de patients italiens et français par des hôpitaux allemands - des transferts pour la plupart organisés à bord d'avions ou d'hélicoptères militaires -, l'envoi de médecins albanais et polonais en renfort de leurs collègues italiens et le don de matériel médical américain à l'Italie.

"Notre plus récent allié, la Macédoine du Nord (qui a adhéré à l'Otan vendredi dernier) utilise le système de l'Otan de réponse aux crises pour coordonner (l'action de) son gouvernement", a souligné le secrétaire général. Selon l'organisation, son agence de soutien et d'acquisition (la "NATO Support and Procurement Agency", NSPA), installée au Luxembourg, joue également un rôle important dans la réponse à la crise du coronavirus. Elle a, par exemple, aidé le Grand-Duché à accroître sa capacité hospitalière en fournissant, en moins de 24 heures, des tentes pour un hôpital de campagne.

Les ministres des Affaires étrangères alliés doivent examiner jeudi comment coordonner "plus étroitement" la réponse, a indiqué mercredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse "virtuelle" tenue au siège bruxellois de l'Alliance en l'absence physique de journalistes, qui l'interrogeaient par Skype. Il a énuméré une série d'aides déjà apportées entre les Etats-membres par le biais d'un organisme dépendant de l'Alliance, le Centre euro-atlantique de coordination des interventions en cas de catastrophe (EADRCC). Ce centre, qui fonctionne 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, coordonne les demandes d'aide des trente pays membres et de pays "partenaires" et les offres d'assistance en cas de crise majeure - comme celle du Covid-19. Ainsi, en réponse à une requête formulée par l'Espagne et l'Italie, la République tchèque leur fournit à chacune 10.000 combinaisons de protection. La Turquie a pour sa part envoyé mercredi du matériel médical (masques, équipements de protection et désinfectants) en Espagne et en Italie, deux pays européens durement frappés par la pandémie liée au nouveau coronavirus. M. Stoltenberg a encore évoqué la prise en charge de patients italiens et français par des hôpitaux allemands - des transferts pour la plupart organisés à bord d'avions ou d'hélicoptères militaires -, l'envoi de médecins albanais et polonais en renfort de leurs collègues italiens et le don de matériel médical américain à l'Italie. "Notre plus récent allié, la Macédoine du Nord (qui a adhéré à l'Otan vendredi dernier) utilise le système de l'Otan de réponse aux crises pour coordonner (l'action de) son gouvernement", a souligné le secrétaire général. Selon l'organisation, son agence de soutien et d'acquisition (la "NATO Support and Procurement Agency", NSPA), installée au Luxembourg, joue également un rôle important dans la réponse à la crise du coronavirus. Elle a, par exemple, aidé le Grand-Duché à accroître sa capacité hospitalière en fournissant, en moins de 24 heures, des tentes pour un hôpital de campagne.