"Nous avons décidé aujoud'hui de donner notre principal commandant, le général (américain Tod) Wolters, de coordonner le soutien nécessaire pour combattre la crise, d'accélérer et d'intensifier l'assistance" entre les Etats-membres, a-t-il affirmé à l'issue d'une réunion tenue sous la forme d'une téléconférence sécurisée, en application des mesures limitant les déplacements prises par le gouvernement belge qui ont empêché une réunion "physique".

Le général Wolters a ainsi été chargé d'identifier les capacités en matière de transport aérien destinés à fournir des approvisionnements médicaux, a expliqué M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse "virtuelle" tenue au siège bruxellois de l'Otan en l'absence physique de journalistes, qui l'interrogeaient par Skype.

Le général américain - et à travers lui l'appareil militaire de l'Otan - devra veiller aussi à faire mieux correspondre les demandes d'assistance et les offres formulées par les alliés et leurs "partenaires" (des pays comme la Finlande et la Suède, mais aussi l'Ukraine et la Géorgie), a-t-il ajouté. Il devra mettre en oeuvre des procédures "simplifiées" pour faciliter les mouvements aériens en coordination avec Eurocontrol, l'organisme européen assurant la sécurité du trafic aérien, qui permettront de donner un indicatif Otan ("call sign") aux vols de secours militaires.

L'Otan a également convoqué à la mi-avril une réunion extraordinaire des ministres de la Défense de ses trente membres pour passer en revue le soutien apporté aux alliés et éventuellement prendre de nouvelles décisions, selon le secrétaire général.

"L'Otan contribue à l'effort collectif. Les Alliés s'entraident - notamment par la mise à disposition de professionnels de la santé, de lits d'hôpital et d'équipement médical essentiel, ainsi que par l'échange de bonnes pratiques et d'idées sur les moyens de combattre cette maladie meurtrière. Nous acheminons des fournitures médicales indispensables par voie aérienne depuis divers endroits du globe, proposons du personnel médical, du matériel et des équipements essentiels de sources civiles et militaires, et mettons nos connaissances et nos ressources médicales, scientifiques et technologiques au service de réponses innovantes", ont affirmé les chefs de la diplomatie alliés dans une déclaration conjointe.

"La Belgique se tient à disposition", a pour sa part affirmé le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, à l'agence Belga en saluant la "solidarité qui s'est exprimée jeudi entre les alliés et en attendant "la mise en oeuvre concrète" des décisions prises par l'Alliance. Il a rappelé qu'au niveau belge la Défense restait disponible pour apporter une aide supplémentaire à la Nation.

"Nous avons décidé aujoud'hui de donner notre principal commandant, le général (américain Tod) Wolters, de coordonner le soutien nécessaire pour combattre la crise, d'accélérer et d'intensifier l'assistance" entre les Etats-membres, a-t-il affirmé à l'issue d'une réunion tenue sous la forme d'une téléconférence sécurisée, en application des mesures limitant les déplacements prises par le gouvernement belge qui ont empêché une réunion "physique". Le général Wolters a ainsi été chargé d'identifier les capacités en matière de transport aérien destinés à fournir des approvisionnements médicaux, a expliqué M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse "virtuelle" tenue au siège bruxellois de l'Otan en l'absence physique de journalistes, qui l'interrogeaient par Skype. Le général américain - et à travers lui l'appareil militaire de l'Otan - devra veiller aussi à faire mieux correspondre les demandes d'assistance et les offres formulées par les alliés et leurs "partenaires" (des pays comme la Finlande et la Suède, mais aussi l'Ukraine et la Géorgie), a-t-il ajouté. Il devra mettre en oeuvre des procédures "simplifiées" pour faciliter les mouvements aériens en coordination avec Eurocontrol, l'organisme européen assurant la sécurité du trafic aérien, qui permettront de donner un indicatif Otan ("call sign") aux vols de secours militaires. L'Otan a également convoqué à la mi-avril une réunion extraordinaire des ministres de la Défense de ses trente membres pour passer en revue le soutien apporté aux alliés et éventuellement prendre de nouvelles décisions, selon le secrétaire général. "L'Otan contribue à l'effort collectif. Les Alliés s'entraident - notamment par la mise à disposition de professionnels de la santé, de lits d'hôpital et d'équipement médical essentiel, ainsi que par l'échange de bonnes pratiques et d'idées sur les moyens de combattre cette maladie meurtrière. Nous acheminons des fournitures médicales indispensables par voie aérienne depuis divers endroits du globe, proposons du personnel médical, du matériel et des équipements essentiels de sources civiles et militaires, et mettons nos connaissances et nos ressources médicales, scientifiques et technologiques au service de réponses innovantes", ont affirmé les chefs de la diplomatie alliés dans une déclaration conjointe. "La Belgique se tient à disposition", a pour sa part affirmé le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, à l'agence Belga en saluant la "solidarité qui s'est exprimée jeudi entre les alliés et en attendant "la mise en oeuvre concrète" des décisions prises par l'Alliance. Il a rappelé qu'au niveau belge la Défense restait disponible pour apporter une aide supplémentaire à la Nation.