"Nous voulons former un gouvernement d'alliance basé sur une coopération transcendant les blocs politiques", ont déclaré les quatre leaders du bloc de centre-droit au quotidien Dagens Nyheter. La migration, les pensions, la sécurité et la défense font partie des thèmes récurrents sur lesquels des compromis devraient être recherchés, ont-ils ajouté.

L'opposition de centre-droit estime par ailleurs toujours que M. Lofven devrait renoncer en tant que Premier ministre.

Aucun des deux blocs rivaux ne possède de majorité au parlement (349 sièges), après les élections de dimanche. Le bloc "Lofven" -qui inclus les Verts et le Parti de gauche- possède deux sièges (144) de plus que l'Alliance (142), selon le comptage partiel actuel.

Le parti anti-immigration des Démocrates de Suède a décroché 63 sièges et espère bien faire partie des négociations de formation du prochain gouvernement mais les autres partis ont exclu de coopérer avec lui.

"Nous voulons former un gouvernement d'alliance basé sur une coopération transcendant les blocs politiques", ont déclaré les quatre leaders du bloc de centre-droit au quotidien Dagens Nyheter. La migration, les pensions, la sécurité et la défense font partie des thèmes récurrents sur lesquels des compromis devraient être recherchés, ont-ils ajouté. L'opposition de centre-droit estime par ailleurs toujours que M. Lofven devrait renoncer en tant que Premier ministre. Aucun des deux blocs rivaux ne possède de majorité au parlement (349 sièges), après les élections de dimanche. Le bloc "Lofven" -qui inclus les Verts et le Parti de gauche- possède deux sièges (144) de plus que l'Alliance (142), selon le comptage partiel actuel. Le parti anti-immigration des Démocrates de Suède a décroché 63 sièges et espère bien faire partie des négociations de formation du prochain gouvernement mais les autres partis ont exclu de coopérer avec lui.