"A environ 7 heures du soir (15h30 GMT lundi), nous avons atteint 20%", a déclaré M. Kamalvandi dans cet entretien réalisé avant minuit.

Après cette heure, a-t-il ajouté, la production d'uranium enrichi à 20% devrait devenir totalement stable, ce qui veut dire que nous injectons à l'entrée [des cascades de centrifugeuses de l'uranium enrichi à 4%] et que nous obtenons 20% à la sortie".

L'Iran a annoncé lundi avoir enclenché le processus destiné à produire de l'uranium enrichi à 20% à l'usine souterraine de Fordo.

Cette décision va à l'encontre de ses engagements pris devant la communauté internationale par le biais de l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Cette nouvelle mesure de désengagement survient dans un contexte de tensions accrues avec les Etats-Unis.

M. Kamalvandi a expliqué que son organisation mettait en oeuvre une loi récente votée par le Parlement enjoignant le gouvernement à reprendre immédiatement la reprise de la production d'uranium enrichi à hauteur de 20% de façon à en produire 120 kg par an.

L'Iran produisait de l'uranium enrichi à ce niveau avant la conclusion de l'accord de Vienne par lequel il avait accepté de limiter ses activités d'enrichissement au taux de 3,67%.

En riposte au retrait unilatéral des Etats-Unis de ce pacte et au rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran décidés en 2018 par le président Donald Trump, la République islamique s'est affranchie, à partir de 2019, de la plupart de ses engagements clef pris à Vienne.

"A environ 7 heures du soir (15h30 GMT lundi), nous avons atteint 20%", a déclaré M. Kamalvandi dans cet entretien réalisé avant minuit.Après cette heure, a-t-il ajouté, la production d'uranium enrichi à 20% devrait devenir totalement stable, ce qui veut dire que nous injectons à l'entrée [des cascades de centrifugeuses de l'uranium enrichi à 4%] et que nous obtenons 20% à la sortie".L'Iran a annoncé lundi avoir enclenché le processus destiné à produire de l'uranium enrichi à 20% à l'usine souterraine de Fordo.Cette décision va à l'encontre de ses engagements pris devant la communauté internationale par le biais de l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.Cette nouvelle mesure de désengagement survient dans un contexte de tensions accrues avec les Etats-Unis.M. Kamalvandi a expliqué que son organisation mettait en oeuvre une loi récente votée par le Parlement enjoignant le gouvernement à reprendre immédiatement la reprise de la production d'uranium enrichi à hauteur de 20% de façon à en produire 120 kg par an.L'Iran produisait de l'uranium enrichi à ce niveau avant la conclusion de l'accord de Vienne par lequel il avait accepté de limiter ses activités d'enrichissement au taux de 3,67%.En riposte au retrait unilatéral des Etats-Unis de ce pacte et au rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran décidés en 2018 par le président Donald Trump, la République islamique s'est affranchie, à partir de 2019, de la plupart de ses engagements clef pris à Vienne.