Selon le ministère indien de la Santé, un total de 697.358 cas d'infection au nouveau coronavirus ont été recensés depuis le début de la pandémie, dont quelque 24.000 au cours des dernières 24 heures, pour 19.963 décès.

Seuls les États-Unis et le Brésil recensent désormais davantage de cas déclarés que l'Inde, qui passe devant la Russie. Le bilan humain est cependant bien moindre pour le second pays le plus peuplé de la planète.

Les experts estiment que le pic de l'épidémie ne sera pas atteint avant plusieurs semaines dans le pays d'Asie du Sud. La propagation du virus est particulièrement virulente dans les grandes villes indiennes de Bombay, Delhi et Chennai.

Pour faire face à l'afflux de malades, la capitale indienne a ouvert un gigantesque centre d'isolement d'une capacité de 10.000 lits, pour certains en carton, dans un hall normalement dédié aux rassemblements religieux et réquisitionné des hôtels et salles de réception. D'autres agglomérations ont ordonné des mesures de reconfinement.

Malgré le feu vert des autorités nationales, les responsables d'Agra (nord) ont décidé ce week-end de maintenir fermé le célèbre Taj Mahal, interdit aux visiteurs depuis la mi-mars, pour des raisons des sécurité sanitaire.

Selon le ministère indien de la Santé, un total de 697.358 cas d'infection au nouveau coronavirus ont été recensés depuis le début de la pandémie, dont quelque 24.000 au cours des dernières 24 heures, pour 19.963 décès. Seuls les États-Unis et le Brésil recensent désormais davantage de cas déclarés que l'Inde, qui passe devant la Russie. Le bilan humain est cependant bien moindre pour le second pays le plus peuplé de la planète. Les experts estiment que le pic de l'épidémie ne sera pas atteint avant plusieurs semaines dans le pays d'Asie du Sud. La propagation du virus est particulièrement virulente dans les grandes villes indiennes de Bombay, Delhi et Chennai. Pour faire face à l'afflux de malades, la capitale indienne a ouvert un gigantesque centre d'isolement d'une capacité de 10.000 lits, pour certains en carton, dans un hall normalement dédié aux rassemblements religieux et réquisitionné des hôtels et salles de réception. D'autres agglomérations ont ordonné des mesures de reconfinement. Malgré le feu vert des autorités nationales, les responsables d'Agra (nord) ont décidé ce week-end de maintenir fermé le célèbre Taj Mahal, interdit aux visiteurs depuis la mi-mars, pour des raisons des sécurité sanitaire.