Bernard Cazeneuve, Thomas de Maiziere et Theresa May "demandent à la présidence luxembourgeoise de l'Union européenne d'organiser un premier conseil JAI (Justice et Affaires Intérieures) dans les deux prochaines semaines pour préparer efficacement les décisions de celui du 8 octobre, et avancer concrètement", selon un communiqué commun publié au lendemain d'une rencontre des trois ministres en marge d'une réunion à Paris de neuf pays européens consacrée à la sécurité dans les transports.

Au cours de cette rencontre, ils ont "souligné la nécessité de prendre des mesures immédiates pour faire face au défi constitué par ces flux migratoires". Ils rappellent notamment "l'urgence de mettre en place, et au plus tard avant la fin de l'année" en Grèce et en Italie des "hot spots", des centres de tri destinés à faire la distinction entre personnes pouvant relever du statut de réfugiés et migrants économiques clandestins.

Les trois ministres souhaitent également l'établissement, "très rapidement", d'une "liste des pays d'origine sûre" afin de "compléter le régime d'asile européen commun, protéger les réfugiés et assurer l'effectivité des retours des migrants illégaux dans leurs pays de provenance". Sur les sept premiers mois de l'année 2015, le nombre de migrants aux frontières de l'Union européenne a atteint 340.000, contre 123.500 sur la même période en 2014, selon l'agence Frontex chargée des frontières extérieures de l'espace Schengen.

Bernard Cazeneuve, Thomas de Maiziere et Theresa May "demandent à la présidence luxembourgeoise de l'Union européenne d'organiser un premier conseil JAI (Justice et Affaires Intérieures) dans les deux prochaines semaines pour préparer efficacement les décisions de celui du 8 octobre, et avancer concrètement", selon un communiqué commun publié au lendemain d'une rencontre des trois ministres en marge d'une réunion à Paris de neuf pays européens consacrée à la sécurité dans les transports.Au cours de cette rencontre, ils ont "souligné la nécessité de prendre des mesures immédiates pour faire face au défi constitué par ces flux migratoires". Ils rappellent notamment "l'urgence de mettre en place, et au plus tard avant la fin de l'année" en Grèce et en Italie des "hot spots", des centres de tri destinés à faire la distinction entre personnes pouvant relever du statut de réfugiés et migrants économiques clandestins. Les trois ministres souhaitent également l'établissement, "très rapidement", d'une "liste des pays d'origine sûre" afin de "compléter le régime d'asile européen commun, protéger les réfugiés et assurer l'effectivité des retours des migrants illégaux dans leurs pays de provenance". Sur les sept premiers mois de l'année 2015, le nombre de migrants aux frontières de l'Union européenne a atteint 340.000, contre 123.500 sur la même période en 2014, selon l'agence Frontex chargée des frontières extérieures de l'espace Schengen.