Si la majorité des pays de l'UE et de l'espace Schengen auront rouvert leurs frontières entre eux au 15 juin, certains comme l'Espagne prévoient de le faire plus tard. L'exécutif européen préconise que "toutes les restrictions" mises en place pour lutter contre la pandémie de coronavirus soient levées à cette date.

La Commission préconise aussi une réouverture "partielle et progressive" des frontières extérieures de l'UE et de l'espace Schengen après le 30 juin.

Le dernier mot sur les frontières appartient aux Etats, la Commission ne pouvant faire que des recommandations.

L'exécutif européen estime que dès le 1er juillet les voyageurs venant des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie) doivent être autorisés dans l'Union, étant donné que la situation épidémiologique de ces pays est "similaire ou meilleure" que celle de l'UE.

L'exécutif européen a appelé les Etats membres à se mettre d'accord sur une liste de pays tiers pour lesquels les restrictions seraient aussi levées, en fonction de leur situation sanitaire.

L'interdiction des voyages "non essentiels" vers l'UE avait été mise en place le 17 mars de façon coordonnée entre les Etats membres et la Commission européenne pour lutter contre la propagation de la pandémie de nouveau coronavirus.

Si la majorité des pays de l'UE et de l'espace Schengen auront rouvert leurs frontières entre eux au 15 juin, certains comme l'Espagne prévoient de le faire plus tard. L'exécutif européen préconise que "toutes les restrictions" mises en place pour lutter contre la pandémie de coronavirus soient levées à cette date.La Commission préconise aussi une réouverture "partielle et progressive" des frontières extérieures de l'UE et de l'espace Schengen après le 30 juin. Le dernier mot sur les frontières appartient aux Etats, la Commission ne pouvant faire que des recommandations.L'exécutif européen estime que dès le 1er juillet les voyageurs venant des Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord, Serbie) doivent être autorisés dans l'Union, étant donné que la situation épidémiologique de ces pays est "similaire ou meilleure" que celle de l'UE. L'exécutif européen a appelé les Etats membres à se mettre d'accord sur une liste de pays tiers pour lesquels les restrictions seraient aussi levées, en fonction de leur situation sanitaire.L'interdiction des voyages "non essentiels" vers l'UE avait été mise en place le 17 mars de façon coordonnée entre les Etats membres et la Commission européenne pour lutter contre la propagation de la pandémie de nouveau coronavirus.