L'EI "contrôle encore des milliers de combattants en Irak et en Syrie", a indiqué M. Coats dans un rapport remis au Congrès et consacré aux menaces auxquelles peuvent faire face les Etats-Unis.

Le groupe "conserve huit branches, plus d'une dizaine de réseaux et des milliers de partisans dispersés à travers le monde malgré des pertes significatives en termes de dirigeants et de territoires", a-t-il ajouté.

Le président Trump avait annoncé à la surprise générale, avant Noël, qu'il comptait retirer les quelque 2.000 soldats américains déployés dans le nord de la Syrie.

Il s'agit essentiellement de forces spéciales présentes pour combattre le groupe Etat islamique et entraîner les forces locales dans les zones reprises aux jihadistes.

M. Trump estime que l'EI a "pratiquement disparu" et que les troupes américaines doivent rentrer "à la maison afin de retrouver leurs familles, tout en combattant ce qu'il reste de l'EI".

"Nous avons gagné contre le groupe EI, il est temps de rentrer", avait affirmé le président américain en décembre.

Si son "califat" autoproclamé en 2014 s'est désagrégé face à de multiples offensives, l'organisation jihadiste conserve quelques réduits et reste capable de mener des attentats meurtriers en Syrie et à travers le monde.

L'EI "contrôle encore des milliers de combattants en Irak et en Syrie", a indiqué M. Coats dans un rapport remis au Congrès et consacré aux menaces auxquelles peuvent faire face les Etats-Unis.Le groupe "conserve huit branches, plus d'une dizaine de réseaux et des milliers de partisans dispersés à travers le monde malgré des pertes significatives en termes de dirigeants et de territoires", a-t-il ajouté.Le président Trump avait annoncé à la surprise générale, avant Noël, qu'il comptait retirer les quelque 2.000 soldats américains déployés dans le nord de la Syrie.Il s'agit essentiellement de forces spéciales présentes pour combattre le groupe Etat islamique et entraîner les forces locales dans les zones reprises aux jihadistes.M. Trump estime que l'EI a "pratiquement disparu" et que les troupes américaines doivent rentrer "à la maison afin de retrouver leurs familles, tout en combattant ce qu'il reste de l'EI"."Nous avons gagné contre le groupe EI, il est temps de rentrer", avait affirmé le président américain en décembre.Si son "califat" autoproclamé en 2014 s'est désagrégé face à de multiples offensives, l'organisation jihadiste conserve quelques réduits et reste capable de mener des attentats meurtriers en Syrie et à travers le monde.