Tim Harford est, entre autres, l'auteur du best-seller international The Undercover Economist et tient une chronique hebdomadaire très appréciée dans le Financial Times, dans laquelle il explique des thèmes économiques de manière claire et humoristique. C'est également ce qu'il fait dans son dernier livre intitulé How to Make the World Add Up. En dix commandements (être critique, curieux, garder l'esprit ouvert...), le détective des données explique comment les données et les statistiques permettent de mieux comprendre le monde et peut-être même de le sauver.
...

Tim Harford est, entre autres, l'auteur du best-seller international The Undercover Economist et tient une chronique hebdomadaire très appréciée dans le Financial Times, dans laquelle il explique des thèmes économiques de manière claire et humoristique. C'est également ce qu'il fait dans son dernier livre intitulé How to Make the World Add Up. En dix commandements (être critique, curieux, garder l'esprit ouvert...), le détective des données explique comment les données et les statistiques permettent de mieux comprendre le monde et peut-être même de le sauver.Vous avez commencé votre livre avant l'épidémie de covid-19, mais quelques mois plus tard, la pandémie a prouvé l'importance de bonnes statistiques comme jamais auparavant.Harford : Absolument. Sans statistiques, nous ne saurions pas qu'une infection par le covid est 10 000 fois plus mortelle pour une personne de 90 ans que pour un enfant de neuf ans. Ils sont ce que le télescope était pour le mathématicien et physicien italien Galilée. À son époque, les gens avaient peur de regarder dans ce appareil. Aujourd'hui, nous nous moquons de cette mentalité étriquée, mais je peux vous dire que nous réagissons exactement de la même manière que les gens de l'époque. Aujourd'hui encore, beaucoup se détournent des chiffres et des faits. Pour la même raison : par peur de voir la vérité.Les chiffres ne disent pas tout, n'est-ce pas ? Une statistique est parfois interprétée différemment par différents scientifiques.Nous sommes influencés par qui nous sommes, par notre vécu, par ce que nous pensons ou espérons lire. Regardez Abraham Bredius, le grand connaisseur hollandais de Rembrandt et Vermeer. À la fin de sa vie, lorsqu'il est confronté à un chef-d'oeuvre perdu de Vermeer, il en tombe tellement amoureux que ses émotions prennent le pas sur son intellect et qu'il ne voit pas qu'il s'agit d'une copie réalisée par le maître faussaire Han Van Meegeren. Bredius tenait trop à ce qu'à la fin de sa vie, il puisse s'attribuer le mérite de la découverte de ce chef-d'oeuvre. Son histoire montre que certaines personnes veulent être trompées. Je m'inquiète d'un monde dans lequel les gens croient tout, mais je m'inquiète encore plus d'un monde dans lequel les gens ne veulent croire que leurs propres préjugés. Il y a eu et il y a encore beaucoup de désinformation à propos de Corona.Pire, les gens trompent délibérément leur prochain en déformant les chiffres et les preuves. Certains ministres britanniques s'en sont également rendus coupables.Pourquoi ?A un moment donné, notre gouvernement a réussi à perdre les données de 16.000 tests corona positifs. Essayez juste de contrôler le virus ! Les tests sont essentiels, car c'est ainsi que l'on apprend comment le virus se comporte, comment il se propage, etc. La falsification du gouvernement a coûté des milliers de vies parce que nous avons perdu la trace du virus. Après cela, le ministre de la Santé, Matt Hancock, a promis aux Britanniques de porter la capacité de dépistage à 100 000 par jour.La pandémie nous a également fait découvrir les antivax, qui pensent qu'avec le vaccin, les puces de Bill Gates vont entrer dans nos corps.J'ai lu une étude l'autre jour qui montrait que la plupart des âneries proférées par les antivaxs proviennent d'un petit groupe de six ou sept personnes. En outre, ils diffusent souvent ces théories dans leur propre intérêt, par exemple parce qu'ils font le commerce des vitamines. C'est hallucinant qu'un si petit groupe puisse atteindre des milliers de personnes. Leurs délires ont un lourd impact. La meilleure chose à faire est de ne pas leur prêter attention.Pouvez-vous comparer les négationnistes du climat avec les antivaxs ? Les deux groupes nient les faits scientifiques.Pas tout à fait, bien qu'il y ait des similitudes. Il sera toujours plus difficile d'étayer les preuves du réchauffement climatique par des exemples concrets que de démontrer l'effet positif du vaccin. Nous constatons ce dernier point tous les jours dans les statistiques sur la baisse du nombre d'infections.Existe-t-il un lien entre le niveau d'éducation des personnes et leur niveau de confiance dans la science et la technologie ?Oui et non. Aux États-Unis, il y a à la fois des citoyens très instruits et des citoyens moins instruits qui ne croient pas au réchauffement climatique. Mais chez les Américains très instruits, le débat conduit à une plus grande polarisation que chez les moins instruits. Le clivage politique joue également un rôle. Tant les démocrates que les républicains apportent leurs préjugés dans le débat et usent ou abusent de leurs connaissances scientifiques pour prouver leurs dires. Une fois qu'un débat est entré dans l'arène politique, il est malheureusement très difficile de l'en retirer. Alors comment s'y prendre ?Il y a quelques années, j'ai assisté à une présentation sur le changement climatique devant un groupe de dirigeants d'entreprises agroalimentaires dans le Midwest conservateur. La salle était pleine de négationnistes du climat. L'orateur était un sobre représentant suisse d'une grande compagnie d'assurance. Il a expliqué pourquoi les primes d'assurance deviendraient plus chères en raison du changement climatique. La salle était aussi silencieuse qu'une souris jusqu'à ce qu'un des participants lève la main et demande : "Alors, c'est vrai pour le climat après tout ? Le Suisse a réussi ce que beaucoup d'autres avant lui avaient échoué parce qu'il n'avait pas la moindre intention de changer l'esprit de ces hommes ou de les critiquer. Il n'était là que comme une sorte d'"extraterrestre" neutre pour expliquer les contrats d'assurance. Il n'est pas si facile de commencer à penser différemment de ce à quoi on est habitué.C'est fascinant ce que vous écrivez sur facilité avec laquelle il est possible de semer le doute.Surtout quand on sait combien cela coûte d'énergie pour supprimer ce doute ! Lorsqu'il est apparu clairement, dans les années 1950, que le tabagisme provoquait le cancer du poumon, les fabricants de tabac n'ont jamais prétendu que ces études scientifiques étaient fausses. Ce qu'ils ont dit, c'est qu'il n'y avait pas de lien de causalité direct entre le fait de fumer une cigarette et avoir un cancer. Ils ont continué à demander des études supplémentaires et ont ainsi créé le doute. C'est une arme très puissante. Le doute fait vendre. C'est pourquoi les multinationales utilisent encore aujourd'hui la même stratégie, par exemple pour nier ou minimiser le lien direct entre leur pollution et ses effets négatifs.Est-il désormais plus facile de semer et de répandre le doute, grâce aux médias sociaux par exemple ?Il y a plus de deux milliards de sites web. On en trouvera toujours un qui prouve que l'on a raison. Et pourtant, ce n'était pas beaucoup plus difficile dans le passé, non. L'industrie du tabac s'est débrouillée sans Internet. Elle a utilisé un journaliste respecté comme Edward Murrow pour raconter sa version de l'histoire. Aidé en cela par le fait que Murrow était un fumeur invétéré.Vous écrivez dans votre livre que les négationnistes du climat utilisent la même stratégie pour semer le doute que l'industrie du tabac.Ce sont deux questions complexes, mais elles ont une chose en commun : beaucoup de gens aimeraient croire qu'il n'y a pas de problème, mais il est impossible de le prouver. Tout ce que vous pouvez faire alors est de saper les preuves qui disent qu'il y a un problème. Les fabricants de cigarettes savent très bien qu'ils ne peuvent pas dire que les cigarettes sont saines. Au contraire, ils donnent aux fumeurs des raisons de douter de la nocivité de leur comportement. Oh, ce ne sera pas si mal, pensent-ils. Ainsi, l'attaque est la meilleure défense. Il en va de même pour les négateurs du climat : vous ne pouvez pas prouver que le climat est stable et qu'il n'y a pas de réchauffement. Au lieu de cela, les négateurs disent qu'il n'est pas du tout certain que les émissions de CO2 en soient la cause. Ceux qui veulent semer le doute profiteront toujours de la nature humaine : nous sommes tous des créatures d'habitudes, personne ne veut vraiment changer son comportement. La procrastination est plus facile que l'action.Vous vous qualifiez parfois de détective des données. Notre vie privée est-elle menacée par le big data ?Beaucoup de gens ne pensent pas que c'est un problème. Et encore moins en Chine. Ils ne veulent pas renoncer aux avantages des médias sociaux pour ce qu'ils considèrent comme le seul inconvénient, à savoir le manque de confidentialité. Ils comptent sur Facebook ou Google pour ne pas en abuser. Par exemple, Facebook sait parfaitement si et quand quelqu'un commet un adultère. Vous pouvez mentir à votre femme que vous travaillez tard tous les mardis soirs, mais pas à Facebook : Facebook sait, grâce à votre téléphone et à celui de votre amant, que vous n'êtes pas au bureau, mais dans un lieu romantique avec une autre femme.Vous n'êtes pas inquiet ?Oui, car il ne s'agit pas seulement de Facebook et de Google. Il y a tant d'autres entreprises, beaucoup plus petites, qui collectent des données sur nous et dont nous ne savons pas ce qu'elles font ou feront avec.Comme Cambridge Analytica, l'entreprise américaine qui a détourné des données à des fins électorales ?Certaines personnes pensent que ces entreprises peuvent lire dans nos pensées, mais il ne faut pas exagérer. Regardez les publicités qui nous sont servies sur notre page Facebook. La plupart d'entre eux ne sont si bien ciblés. Je reçois des publicités pour des produits qui ne m'intéressent pas du tout, ou pour des chaussures, alors que je viens d'en acheter une nouvelle paire. Rétrospectivement, il s'est avéré que Cambridge Analytica n'avait que peu d'impact sur les élections. Ce qui m'inquiète le plus, c'est que certaines agences utilisent les algorithmes à des fins totalement erronées. À Washington D.C., par exemple, de bons enseignants ont été licenciés sur la base de l'algorithme dit IMPACT. Ce programme juge un enseignant presque exclusivement sur les résultats de chaque élève. Ainsi, si un élève a deviné juste ou faux à une question d'examen, ou si un élève a obtenu de mauvais résultats parce qu'il était harcelé par d'autres enfants, cela a également un impact direct sur la note de l'enseignant. C'est n'importe quoi !