"L'agence fédérale de l'aviation a émis des messages aux navigants aériens (NOTAMS) détaillant des restrictions de vol qui interdisent aux opérateurs d'avions civils américains d'opérer dans l'espace aérien au-dessus de l'Irak, de l'Iran, et des eaux du golfe Persique et du golfe d'Oman", a annoncé la FAA dans un communiqué.

La compagnie aérienne Singapore Airlines a aussi annoncé détourner tous ses vols en direction de l'Europe, hors de l'espace aérien iranien, rapporte l'agence Bloomberg, citant un communiqué de l'entreprise.

Les frappes iraniennes sont intervenues cinq jours après l'assassinat à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani sur ordre du président américain Donald Trump, un raid qui fait redouter au monde entier une déflagration, particulièrement sur le territoire de l'Irak, pris en étau entre ses parrains américain et iranien.

"L'agence fédérale de l'aviation a émis des messages aux navigants aériens (NOTAMS) détaillant des restrictions de vol qui interdisent aux opérateurs d'avions civils américains d'opérer dans l'espace aérien au-dessus de l'Irak, de l'Iran, et des eaux du golfe Persique et du golfe d'Oman", a annoncé la FAA dans un communiqué. La compagnie aérienne Singapore Airlines a aussi annoncé détourner tous ses vols en direction de l'Europe, hors de l'espace aérien iranien, rapporte l'agence Bloomberg, citant un communiqué de l'entreprise. Les frappes iraniennes sont intervenues cinq jours après l'assassinat à Bagdad du général iranien Qassem Soleimani sur ordre du président américain Donald Trump, un raid qui fait redouter au monde entier une déflagration, particulièrement sur le territoire de l'Irak, pris en étau entre ses parrains américain et iranien.