130

C'est le nombre de chefs d'Etats de gouvernement qui sont attendus cette semaine à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, un rendez-vous annuel où se discutent les grands problèmes de la planète, se négocient des accords en coulisses, et s'affichent souvent des points de vue divergents.

73

Il s'agit de la 73ème édition. La première Assemblée générale remonte à 1945, année de la création des Nations unies. Outre les dirigeants des Etats membres, ce rendez-vous est devenu au fil des ans un point de ralliement et de lobbying important pour les ONG de toutes sortes, qui organisent en marge de l'AG une série de colloques, débats et évènements culturels, en présence de célébrités.

3000

Le nombre de journalistes du monde entier qui ont demandé une accréditation pour couvrir l'évènement en 2018, selon l'ONU.

193

Le nombre de pays membres, mais pas 193 dirigeants. Les 193 pays membres de l'organisation sont tous représentés à l'AG, mais pas tous au niveau des chefs d'Etat ou de gouvernement. Donald Trump et Emmanuel Macron seront bien là, mais d'autres dirigeants préfèrent déléguer leur ministre des Affaires étrangères, comme le président russe Vladimir Poutine ou la chancelière allemande Angela Merkel.

D'autres peuvent annuler leur venue au dernier moment s'ils craignent les critiques de la communauté internationale. On ignore notamment toujours si le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a indiqué avoir peur pour sa vie, allait venir.

Certains avaient un temps espéré une visite inédite cette année du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, après sa rencontre historique avec le président Donald Trump à Singapour. Mais il sera représenté comme l'an dernier par son ministre des Affaires étrangères.

15

C'est le nombre de minutes (en principe) qui seront aloués à partir de mardi aux représentants de chaque nation qui vont se succéder à la tribune de l'immense salle des séances plénières, enchaînant les discours dans toutes les langues de 09H00 du matin à 09H00 du soir.

Les interventions sont en principe limitées à 15 minutes chacune, mais il y a souvent des débordements. Le plus long discours de l'histoire de l'Assemblée générale est celui que prononça Fidel Castro en 1960, qui dura 04H29. Ceux qui parlent en fin de journée se retrouvent souvent face à des rangs clairsemés.

230

Il faut autant de blocs de béton pour sécuriser le quartier de l'ONU mis sous haute sécurité. La police new-yorkaise, toujours en alerte face au risque d'attentats, transforme chaque année le quartier des Nations unies, en bordure de l'East River, en forteresse. Des centaines de policiers, en uniforme ou en civil, et de tireurs d'élite sont déployés sur les toits ou sur des bateaux sur l'East River. Cette année, la police new-yorkaise a complété le dispositif en plaçant 230 blocs de béton à des endroits "sensibles".

200

Les New-Yorkais sont prévenus depuis plusieurs jours par campagne publicitaire mais les touristes pourraient le découvrir au dernier moment: l'Assemblée générale est synonyme de journées noires en termes d'embouteillages.

Une dizaine de pâtés de maison seront complètement fermés à la circulation, des dizaines d'autres à accès restreint, pour faciliter les allers et venues de quelque 200 convois de voitures officielles, selon la police de la ville.

14

Le nomvre d'opérations de maintien de la paix en cours dans le monde actuellement.

104.000

Ils sont 104.000 casques bleus à être en service de par le monde.

5,4 milliards

C'est le budget biannuel pour la période 2018-2019, ce que coûte le personnel, les infrastructures, les activités de l'ONU sur deux ans.

130C'est le nombre de chefs d'Etats de gouvernement qui sont attendus cette semaine à New York pour l'Assemblée générale de l'ONU, un rendez-vous annuel où se discutent les grands problèmes de la planète, se négocient des accords en coulisses, et s'affichent souvent des points de vue divergents.73 Il s'agit de la 73ème édition. La première Assemblée générale remonte à 1945, année de la création des Nations unies. Outre les dirigeants des Etats membres, ce rendez-vous est devenu au fil des ans un point de ralliement et de lobbying important pour les ONG de toutes sortes, qui organisent en marge de l'AG une série de colloques, débats et évènements culturels, en présence de célébrités.3000Le nombre de journalistes du monde entier qui ont demandé une accréditation pour couvrir l'évènement en 2018, selon l'ONU.193Le nombre de pays membres, mais pas 193 dirigeants. Les 193 pays membres de l'organisation sont tous représentés à l'AG, mais pas tous au niveau des chefs d'Etat ou de gouvernement. Donald Trump et Emmanuel Macron seront bien là, mais d'autres dirigeants préfèrent déléguer leur ministre des Affaires étrangères, comme le président russe Vladimir Poutine ou la chancelière allemande Angela Merkel.D'autres peuvent annuler leur venue au dernier moment s'ils craignent les critiques de la communauté internationale. On ignore notamment toujours si le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui a indiqué avoir peur pour sa vie, allait venir.Certains avaient un temps espéré une visite inédite cette année du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, après sa rencontre historique avec le président Donald Trump à Singapour. Mais il sera représenté comme l'an dernier par son ministre des Affaires étrangères.15 C'est le nombre de minutes (en principe) qui seront aloués à partir de mardi aux représentants de chaque nation qui vont se succéder à la tribune de l'immense salle des séances plénières, enchaînant les discours dans toutes les langues de 09H00 du matin à 09H00 du soir.Les interventions sont en principe limitées à 15 minutes chacune, mais il y a souvent des débordements. Le plus long discours de l'histoire de l'Assemblée générale est celui que prononça Fidel Castro en 1960, qui dura 04H29. Ceux qui parlent en fin de journée se retrouvent souvent face à des rangs clairsemés.230 Il faut autant de blocs de béton pour sécuriser le quartier de l'ONU mis sous haute sécurité. La police new-yorkaise, toujours en alerte face au risque d'attentats, transforme chaque année le quartier des Nations unies, en bordure de l'East River, en forteresse. Des centaines de policiers, en uniforme ou en civil, et de tireurs d'élite sont déployés sur les toits ou sur des bateaux sur l'East River. Cette année, la police new-yorkaise a complété le dispositif en plaçant 230 blocs de béton à des endroits "sensibles".200 Les New-Yorkais sont prévenus depuis plusieurs jours par campagne publicitaire mais les touristes pourraient le découvrir au dernier moment: l'Assemblée générale est synonyme de journées noires en termes d'embouteillages. Une dizaine de pâtés de maison seront complètement fermés à la circulation, des dizaines d'autres à accès restreint, pour faciliter les allers et venues de quelque 200 convois de voitures officielles, selon la police de la ville.14Le nomvre d'opérations de maintien de la paix en cours dans le monde actuellement.104.000Ils sont 104.000 casques bleus à être en service de par le monde.5,4 milliardsC'est le budget biannuel pour la période 2018-2019, ce que coûte le personnel, les infrastructures, les activités de l'ONU sur deux ans.