L'avion de ligne transportant Anatoli Antonov a décollé à 09H20 locales de l'aéroport moscovite de Cheremetievo pour New York, d'où il rejoindra ensuite Washington, ont annoncé les agences de presse russes.

"Etant donné les résultats de la rencontre entre les deux présidents, je compte sur un travail constructif avec mes collègues américains pour construire des relations sur pied d'égalité et pragmatiques", a-t-il déclaré à l'agence Ria Novosti, se disant "d'humeur optimiste".

Le retour à leur poste des ambassadeurs russe et américain avait été annoncé mercredi par Vladimir Poutine à l'issue de sa rencontre avec Joe Biden à Genève, rare décision concrète de ce sommet qui était très attendu.

Les relations diplomatiques entre Moscou et Washington s'étaient dégradées rapidement après l'entrée en fonction en janvier de M. Biden, qui reproche notamment à la Russie des cyberattaques en série et son ingérence électorale aux Etats-Unis.

Conséquence: en mars, la Russie a pris la décision de rappeler Anatoli Antonov après des déclarations de M. Biden ayant comparé M. Poutine à un "tueur".

L'ambassadeur américain, John Sullivan avait annoncé un mois plus tard qu'il retournerait à Washington pour des consultations, ce que le Kremlin avait réclamé.

L'avion de ligne transportant Anatoli Antonov a décollé à 09H20 locales de l'aéroport moscovite de Cheremetievo pour New York, d'où il rejoindra ensuite Washington, ont annoncé les agences de presse russes. "Etant donné les résultats de la rencontre entre les deux présidents, je compte sur un travail constructif avec mes collègues américains pour construire des relations sur pied d'égalité et pragmatiques", a-t-il déclaré à l'agence Ria Novosti, se disant "d'humeur optimiste". Le retour à leur poste des ambassadeurs russe et américain avait été annoncé mercredi par Vladimir Poutine à l'issue de sa rencontre avec Joe Biden à Genève, rare décision concrète de ce sommet qui était très attendu.Les relations diplomatiques entre Moscou et Washington s'étaient dégradées rapidement après l'entrée en fonction en janvier de M. Biden, qui reproche notamment à la Russie des cyberattaques en série et son ingérence électorale aux Etats-Unis. Conséquence: en mars, la Russie a pris la décision de rappeler Anatoli Antonov après des déclarations de M. Biden ayant comparé M. Poutine à un "tueur". L'ambassadeur américain, John Sullivan avait annoncé un mois plus tard qu'il retournerait à Washington pour des consultations, ce que le Kremlin avait réclamé.