La procureure en chef suédoise Ingrid Isgren, magistrat instructeur adjoint dans l'enquête visant M. Assange, est arrivée à l'ambassade peu avant 11h00, a constaté un photographe de l'AFP. La Suède et l'Equateur ont négocié pendant des mois les conditions de son interrogatoire. L'Equateur a imposé que ce soit un procureur équatorien qui pose les questions, même si celles-ci sont suggérées par les enquêteurs suédois. Cette audition "devrait durer plusieurs jours", a précisé à l'AFP Per Samuelsson, l'avocat suédois de Julian Assange, qui espère y assister au moins en partie. C'est la première fois que l'Australien de 45 ans, accusé de viol depuis 2010, pourra donner sa version des faits à la justice. Un prélèvement sera effectué sur Julian Assange - s'il y consent - à des fins de comparaison d'ADN, selon le parquet suédois. La transcription de l'interrogatoire sera remise ultérieurement aux magistrats suédois, lesquels décideront de la suite à donner à l'enquête.

La procureure en chef suédoise Ingrid Isgren, magistrat instructeur adjoint dans l'enquête visant M. Assange, est arrivée à l'ambassade peu avant 11h00, a constaté un photographe de l'AFP. La Suède et l'Equateur ont négocié pendant des mois les conditions de son interrogatoire. L'Equateur a imposé que ce soit un procureur équatorien qui pose les questions, même si celles-ci sont suggérées par les enquêteurs suédois. Cette audition "devrait durer plusieurs jours", a précisé à l'AFP Per Samuelsson, l'avocat suédois de Julian Assange, qui espère y assister au moins en partie. C'est la première fois que l'Australien de 45 ans, accusé de viol depuis 2010, pourra donner sa version des faits à la justice. Un prélèvement sera effectué sur Julian Assange - s'il y consent - à des fins de comparaison d'ADN, selon le parquet suédois. La transcription de l'interrogatoire sera remise ultérieurement aux magistrats suédois, lesquels décideront de la suite à donner à l'enquête.