Selon les forces de l'ordre, la victime a été emmenée à l'hôpital, grièvement blessée par balle. La fusillade s'est produite dans la Lange Leidsedwarsstraat, à proximité de la Leidseplein, où se situe le studio de RTL Boulevard. Peter R. de Vries s'y trouvait mardi soir.

Selon la bourgmestre de la ville, Femke Halsema, le journaliste "se bat pour sa vie" dans la nuit de mardi à mercredi.

La police a lancé une vaste opération de recherche avec plusieurs unités afin de retrouver le suspect et a demandé aux témoins de se manifester. "Nous recherchons des personnes qui auraient des images de l'incident ou des éventuels suspects en fuite", a-t-elle déclaré, ajoutant de ne pas diffuser celles-ci sur les réseaux sociaux. Une vidéo montrant Peter R. de Vries au sol y circule déjà.

Peter R. de Vries est très connu aux Pays-Bas pour son travail de chroniqueur judiciaire. Il est aussi régulièrement porte-parole ou confident dans des affaires policières ou judiciaires, rapporte la chaîne de télévision néerlandaise NOS. Il est, entre autres, la personne de confiance de Nabil B., témoin clé dans le grand procès de liquidation de Marengo.

Il s'agit d'un procès tenu aux Pays-Bas depuis juillet 2019 et au cours duquel 17 accusés ont été condamnés pour leur participation à l'organisation mafieuse de Ridouan Taghi de la Mocro Maffia, grâce au témoignage de l'ancien membre mafieux devenu un repenti, Nabil B. dont Peter R.de Vries est donc le confident.

Peter R. de Vries, un chroniqueur judiciaire, Belga
Peter R. de Vries, un chroniqueur judiciaire © Belga

Trois suspects appréhendés

Deux suspects ont pris la fuite en voiture sur l'autoroute, et il est probable que le tireur soit l'un d'entre eux, selon le chef de corps de la police d'Amsterdam, Frank Paauw. Un troisième suspect a été appréhendé grâce à un signalement. "Il faut encore déterminer si cette personne est bien impliquée", a précisé le chef de corps.

La police n'a pas encore établi le motif de la fusillade.

Le Premier ministre Mark Rutte, qui participait aussi à la conférence de presse dans la soirée, a qualifié les faits de "choquants" et d'attaque "inconcevable" visant une presse libre. "L'attaque contre Peter R. de Vries est choquante et inconcevable, c'est une attaque contre un journaliste courageux et par conséquent une attaque contre la liberté de la presse qui est si essentielle pour notre démocratie et notre Etat de droit", a-t-il déclaré.

Le couple royal, Willem-Alexander et Maxima des Pays-Bas, a aussi affirmé être "profondément choqué". Depuis Berlin, où les souverains sont en visite d'Etat, ils ont fait part que la victime et ses proches étaient dans leurs pensées. Ils ont ajouté que "les journalistes doivent pouvoir faire leur important travail sans entrave et librement". Le roi et la reine ont dès lors fait part de leur soutien "à tous ceux qui oeuvrent pour la liberté de la presse dans notre État de droit".

YouTube supprime des centaines de vidéos de l'attaque

Dans les heures qui ont suivi la fusillade dont le journaliste néerlandais Peter R. de Vries a été victime, la plateforme YouTube a supprimé des centaines de vidéos sur lesquelles l'homme blessé est visible. Ces vidéos avaient été filmées par des passants lors du drame.

Les images de violence ou sanglantes ne sont pas tolérées sur YouTube, a fait savoir la maison-mère Google. Il s'agit du même contenu qui a été plusieurs fois mis en ligne. Il n'est pas établi combien de vidéos uniques ont été réalisées. Les utilisateurs qui publient ce genre de contenu reçoivent dans un premier temps un avertissement. Si les fautes se répètent, leur compte peut être bloqué. La police d'Amsterdam a prié que les images de l'attaque ne soient pas partagées sur les réseaux sociaux.

Selon les forces de l'ordre, la victime a été emmenée à l'hôpital, grièvement blessée par balle. La fusillade s'est produite dans la Lange Leidsedwarsstraat, à proximité de la Leidseplein, où se situe le studio de RTL Boulevard. Peter R. de Vries s'y trouvait mardi soir.Selon la bourgmestre de la ville, Femke Halsema, le journaliste "se bat pour sa vie" dans la nuit de mardi à mercredi. La police a lancé une vaste opération de recherche avec plusieurs unités afin de retrouver le suspect et a demandé aux témoins de se manifester. "Nous recherchons des personnes qui auraient des images de l'incident ou des éventuels suspects en fuite", a-t-elle déclaré, ajoutant de ne pas diffuser celles-ci sur les réseaux sociaux. Une vidéo montrant Peter R. de Vries au sol y circule déjà. Peter R. de Vries est très connu aux Pays-Bas pour son travail de chroniqueur judiciaire. Il est aussi régulièrement porte-parole ou confident dans des affaires policières ou judiciaires, rapporte la chaîne de télévision néerlandaise NOS. Il est, entre autres, la personne de confiance de Nabil B., témoin clé dans le grand procès de liquidation de Marengo. Il s'agit d'un procès tenu aux Pays-Bas depuis juillet 2019 et au cours duquel 17 accusés ont été condamnés pour leur participation à l'organisation mafieuse de Ridouan Taghi de la Mocro Maffia, grâce au témoignage de l'ancien membre mafieux devenu un repenti, Nabil B. dont Peter R.de Vries est donc le confident.Deux suspects ont pris la fuite en voiture sur l'autoroute, et il est probable que le tireur soit l'un d'entre eux, selon le chef de corps de la police d'Amsterdam, Frank Paauw. Un troisième suspect a été appréhendé grâce à un signalement. "Il faut encore déterminer si cette personne est bien impliquée", a précisé le chef de corps. La police n'a pas encore établi le motif de la fusillade.Le Premier ministre Mark Rutte, qui participait aussi à la conférence de presse dans la soirée, a qualifié les faits de "choquants" et d'attaque "inconcevable" visant une presse libre. "L'attaque contre Peter R. de Vries est choquante et inconcevable, c'est une attaque contre un journaliste courageux et par conséquent une attaque contre la liberté de la presse qui est si essentielle pour notre démocratie et notre Etat de droit", a-t-il déclaré. Le couple royal, Willem-Alexander et Maxima des Pays-Bas, a aussi affirmé être "profondément choqué". Depuis Berlin, où les souverains sont en visite d'Etat, ils ont fait part que la victime et ses proches étaient dans leurs pensées. Ils ont ajouté que "les journalistes doivent pouvoir faire leur important travail sans entrave et librement". Le roi et la reine ont dès lors fait part de leur soutien "à tous ceux qui oeuvrent pour la liberté de la presse dans notre État de droit". Dans les heures qui ont suivi la fusillade dont le journaliste néerlandais Peter R. de Vries a été victime, la plateforme YouTube a supprimé des centaines de vidéos sur lesquelles l'homme blessé est visible. Ces vidéos avaient été filmées par des passants lors du drame. Les images de violence ou sanglantes ne sont pas tolérées sur YouTube, a fait savoir la maison-mère Google. Il s'agit du même contenu qui a été plusieurs fois mis en ligne. Il n'est pas établi combien de vidéos uniques ont été réalisées. Les utilisateurs qui publient ce genre de contenu reçoivent dans un premier temps un avertissement. Si les fautes se répètent, leur compte peut être bloqué. La police d'Amsterdam a prié que les images de l'attaque ne soient pas partagées sur les réseaux sociaux.