L'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, 76 ans, fera ainsi, s'il est confirmé par le Sénat, son retour au gouvernement en tant qu'émissaire spécial du président américain sur le climat, signe de l'importance qu'accorde Joe Biden à ce dossier.

Antony Blinken, qui fut adjoint au Secrétariat d'Etat de 2015 à 2017, prendra la tête de cet énorme ministère, en remplacement du républicain Mike Pompeo. A 58 ans, ce fervent partisan du multilatéralisme devrait notamment s'attaquer en priorité au dossier du nucléaire iranien.

Alejandro Mayorkas, né il y a 60 ans à la Havane, sera le premier Hispanique à diriger le ministère de la Sécurité intérieure, qui supervise notamment les questions d'immigration. Ce fils de réfugiés anticastristes, ancien procureur fédéral, connaît bien cette administration, dont il fut ministre adjoint de 2013 à 2016.

"J'ai besoin d'une équipe prête au premier jour", a écrit Joe Biden dans un communiqué annonçant ces nominations, tandis que Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite lors de la présidentielle du 3 novembre. "Ces individus sont aussi expérimentés et éprouvés aux crises, qu'ils sont novateurs et imaginatifs", a-t-il poursuivi.

Le président élu, qui a promis de former une équipe représentative de la population américaine, a également sélectionné Avril Haines, 51 ans, pour devenir directrice du Renseignement national, un poste chargé de coordonner les différentes agences fédérales actives dans ce domaine uniquement occupé par des hommes jusqu'ici.

L'Afro-américaine Linda Thomas-Greenfield, une diplomate chevronnée de 68 ans, qui fut secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique, deviendra, elle, ambassadrice à l'ONU. Joe Biden a également également nommé un autre proche collaborateur, Jake Sullivan, 43 ans, comme son conseiller à la sécurité nationale.

L'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, 76 ans, fera ainsi, s'il est confirmé par le Sénat, son retour au gouvernement en tant qu'émissaire spécial du président américain sur le climat, signe de l'importance qu'accorde Joe Biden à ce dossier. Antony Blinken, qui fut adjoint au Secrétariat d'Etat de 2015 à 2017, prendra la tête de cet énorme ministère, en remplacement du républicain Mike Pompeo. A 58 ans, ce fervent partisan du multilatéralisme devrait notamment s'attaquer en priorité au dossier du nucléaire iranien. Alejandro Mayorkas, né il y a 60 ans à la Havane, sera le premier Hispanique à diriger le ministère de la Sécurité intérieure, qui supervise notamment les questions d'immigration. Ce fils de réfugiés anticastristes, ancien procureur fédéral, connaît bien cette administration, dont il fut ministre adjoint de 2013 à 2016. "J'ai besoin d'une équipe prête au premier jour", a écrit Joe Biden dans un communiqué annonçant ces nominations, tandis que Donald Trump refuse toujours de concéder sa défaite lors de la présidentielle du 3 novembre. "Ces individus sont aussi expérimentés et éprouvés aux crises, qu'ils sont novateurs et imaginatifs", a-t-il poursuivi. Le président élu, qui a promis de former une équipe représentative de la population américaine, a également sélectionné Avril Haines, 51 ans, pour devenir directrice du Renseignement national, un poste chargé de coordonner les différentes agences fédérales actives dans ce domaine uniquement occupé par des hommes jusqu'ici. L'Afro-américaine Linda Thomas-Greenfield, une diplomate chevronnée de 68 ans, qui fut secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique, deviendra, elle, ambassadrice à l'ONU. Joe Biden a également également nommé un autre proche collaborateur, Jake Sullivan, 43 ans, comme son conseiller à la sécurité nationale.