La déferlante qui a submergé plus de 500 km de côtes dans l'est et le nord du Japon a tout emporté sur son passage et nombre de cadavres ont probablement été avalés par l'océan Pacifique. Toutefois, des recherches se poursuivent encore, ne serait-ce que pour laisser quelques lueurs d'espoir aux familles.

Le plus lourd bilan de ce tremblement de terre de magnitude 9,0 suivi d'un raz-de-marée et de nombreuses fortes répliques concerne la préfecture de Miyagi, qui a déploré 10.834 morts (dont 1.297 corps encore introuvables).

Ont aussi été durement touchées les préfectures d'Iwate et Fukushima, ainsi que dans une moindre mesure celles d'Ibaraki, Chiba, Kanagawa, Tokyo, Tochigi et plusieurs autres encore.

En outre, les autorités nippones ont enregistré 2.821 décès "liés à la catastrophe".

Il s'agit des cas de personnes mortes durant les opérations d'évacuation (notamment des alentours de la centrale accidentée de Fukushima) ou dont les conditions de vie sont devenues si pénibles qu'elles ont succombé.

L'accident nucléaire de Fukushima n'a pour sa part pas causé de mort direct par radiations, mais il serait responsable d'une grande partie des 1.539 "décès liés" recensés dans la préfecture de Fukushima et comptabilisés dans le total cité plus haut.

La déferlante qui a submergé plus de 500 km de côtes dans l'est et le nord du Japon a tout emporté sur son passage et nombre de cadavres ont probablement été avalés par l'océan Pacifique. Toutefois, des recherches se poursuivent encore, ne serait-ce que pour laisser quelques lueurs d'espoir aux familles. Le plus lourd bilan de ce tremblement de terre de magnitude 9,0 suivi d'un raz-de-marée et de nombreuses fortes répliques concerne la préfecture de Miyagi, qui a déploré 10.834 morts (dont 1.297 corps encore introuvables). Ont aussi été durement touchées les préfectures d'Iwate et Fukushima, ainsi que dans une moindre mesure celles d'Ibaraki, Chiba, Kanagawa, Tokyo, Tochigi et plusieurs autres encore. En outre, les autorités nippones ont enregistré 2.821 décès "liés à la catastrophe". Il s'agit des cas de personnes mortes durant les opérations d'évacuation (notamment des alentours de la centrale accidentée de Fukushima) ou dont les conditions de vie sont devenues si pénibles qu'elles ont succombé. L'accident nucléaire de Fukushima n'a pour sa part pas causé de mort direct par radiations, mais il serait responsable d'une grande partie des 1.539 "décès liés" recensés dans la préfecture de Fukushima et comptabilisés dans le total cité plus haut.