Les frappes ont eu lieu tard samedi et interviennent après deux jours d'échanges de tirs à la frontière entre Israël et Gaza. Deux jeunes Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de heurts vendredi le long de la barrière frontalière.

Après une attaque de drone lancée samedi depuis l'enclave palestinienne, des avions de chasse et un drone israéliens ont frappé "des cibles militaires du Hamas, incluant du matériel destiné aux offensives navales et deux camps militaires", a précisé l'armée dans un communiqué.

L'armée "continuera (...) de tenir le Hamas pour responsable de tout ce qui vient de la bande de Gaza", selon le texte.

Une source de sécurité à Gaza a indiqué que "quatre positions" des brigades al-Qassam, branche armée du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, ont été visées par ces frappes dans le centre et le nord du territoire, causant des dégâts mais sans faire de victimes.

Selon l'armée, le drone envoyé depuis le sud de Gaza a pénétré dans l'espace aérien israélien, et a "largué ce qui semble être un engin explosif" près de la barrière, endommageant un véhicule militaire, avant de retourner à Gaza.

Un raid aérien israélien a visé l'unité à l'origine du lancement du drone sans faire de blessés, avait indiqué l'armée samedi.

Vendredi, lors de heurts à la frontière, deux jeunes Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens qui ont aussi fait 46 blessés, selon le ministère de la Santé à Gaza.

Selon l'armée israélienne, des milliers de Palestiniens ont pris part à des rassemblements "particulièrement violents" à la frontière, "lançant des bombes incendiaires et des engins explosifs" sur des soldats israéliens postés de l'autre côté.

Quelques heures plus tard, cinq roquettes ont été tirées depuis l'enclave sur le sud d'Israël, qui a attaqué des positions du Hamas en réponse, selon l'armée.

Depuis mars 2018, la bande de Gaza est le théâtre le long de la barrière frontalière avec Israël de manifestations hebdomadaires généralement accompagnées de violences, pour réclamer notamment la levée du strict blocus israélien imposé depuis plus de dix ans à l'enclave.

Depuis cette date, au moins 308 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens, pour la grande majorité lors des heurts qui accompagnent ces rassemblements. D'autres sont morts dans des frappes israéliennes, en représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave.

Sept Israéliens ont été tués dans le cadre de ces violences.

Israël et le mouvement islamiste Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008.