"L'eau est en train de refluer vers la mer et le niveau baisse, de nombreux habitants commencent à retourner chez eux", a assuré lundi matin un haut responsable administratif du district de Thatta, la zone la plus touchée dans cette province méridionale du Sind. Le niveau des eaux au barrage principal de la région, Kotri, près de la grande ville d'Hyderabad, a baissé, a confirmé à Qamar-uz-Zaman Chaudhry, le chef du département de la Météorologie nationale. Mais tout danger n'est pas écarté selon lui, "notamment là où les digues ont rompu".

En une semaine, des millions de personnes avaient fui leurs villages dans la province méridionale du Sind à mesure que les flots de l'Indus rompaient les digues en dévalant vers son embouchure dans la mer d'Oman. La grande villa de Thatta s'est vidée très rapidement de ses 300.000 habitants suite à la bèche qui s'est ouverte dans la digue principale protégeant la ville. Par endroits, l'Indus, large d'ordinaire de quelques centaines de mètres, a gonflé jusqu'à 10 km d'une rive à l'autre

Quelque 8 millions de sinistrés, dont environ 5 millions de sans-abri, ont besoin d'une aide d'urgence, selon l'ONU. Ces chiffres risquent encore de s'empirer car c'est sans compter les milliers de personnes touchées par les inondations dans la province du Sind. Le bilan de 1.600 morts va aussi considérablement augmenter au fil des découvertes macabres quand les eaux vont se retirer, ont prévenu les autorités

Le Vif.be, avec Belga

"L'eau est en train de refluer vers la mer et le niveau baisse, de nombreux habitants commencent à retourner chez eux", a assuré lundi matin un haut responsable administratif du district de Thatta, la zone la plus touchée dans cette province méridionale du Sind. Le niveau des eaux au barrage principal de la région, Kotri, près de la grande ville d'Hyderabad, a baissé, a confirmé à Qamar-uz-Zaman Chaudhry, le chef du département de la Météorologie nationale. Mais tout danger n'est pas écarté selon lui, "notamment là où les digues ont rompu". En une semaine, des millions de personnes avaient fui leurs villages dans la province méridionale du Sind à mesure que les flots de l'Indus rompaient les digues en dévalant vers son embouchure dans la mer d'Oman. La grande villa de Thatta s'est vidée très rapidement de ses 300.000 habitants suite à la bèche qui s'est ouverte dans la digue principale protégeant la ville. Par endroits, l'Indus, large d'ordinaire de quelques centaines de mètres, a gonflé jusqu'à 10 km d'une rive à l'autre Quelque 8 millions de sinistrés, dont environ 5 millions de sans-abri, ont besoin d'une aide d'urgence, selon l'ONU. Ces chiffres risquent encore de s'empirer car c'est sans compter les milliers de personnes touchées par les inondations dans la province du Sind. Le bilan de 1.600 morts va aussi considérablement augmenter au fil des découvertes macabres quand les eaux vont se retirer, ont prévenu les autorités Le Vif.be, avec Belga