Evacués par les autorités indonésiennes au début de l'éruption du Merapi, les milliers de réfugiés indonésiens commencent à rentrer chez eux. Le volcan reste cependant dangereux et les volcanologues restent très prudents.

"L'intensité s'est fortement réduite mais le cycle éruptif n'est pas terminé. Le niveau d'alerte le plus élevé demeure", a expliqué le volcanologue Subandrio.

Depuis son entrée en éruption le 26 octobre, le Merapi a provoqué la mort de 259 personnes, de nouveaux corps étant découverts chaque jour. Les volcanologues estiment que l'éruption en cours est plus importante que celle de 1872 qui était jusqu'à présent, la plus violente répertoriée pour le Merapi.

Le Vif.be, avec Belga

Evacués par les autorités indonésiennes au début de l'éruption du Merapi, les milliers de réfugiés indonésiens commencent à rentrer chez eux. Le volcan reste cependant dangereux et les volcanologues restent très prudents. "L'intensité s'est fortement réduite mais le cycle éruptif n'est pas terminé. Le niveau d'alerte le plus élevé demeure", a expliqué le volcanologue Subandrio. Depuis son entrée en éruption le 26 octobre, le Merapi a provoqué la mort de 259 personnes, de nouveaux corps étant découverts chaque jour. Les volcanologues estiment que l'éruption en cours est plus importante que celle de 1872 qui était jusqu'à présent, la plus violente répertoriée pour le Merapi. Le Vif.be, avec Belga