Les incendies qui ont ravagé l'île d'Eubée au cours des 12 derniers jours ont déjà détruit 50.000 hectares. Quatre avions, deux hélicoptères et les membres de 15 sections de lutte contre les incendies ont été déployés pour maîtriser le nouvel incendie qui s'est récemment déclaré sur l'île, selon les pompiers.

Le risque très élevé

Des centaines de pompiers restaient par ailleurs mobilisés à travers la Grèce même si les incendies de forêt qui ont dévasté le pays ces dernières semaines étaient sous contrôle et en grande partie éteints. Le risque d'incendies demeure en effet "élevé" voire "très élevé", selon la Protection civile grecque, notant que les vents forts pouvaient transformer une petite flamme en feu de forêt majeur.

Selon les pompiers, 51 incendies de forêt se sont ainsi déclarés entre vendredi et samedi matin.

Les régions déjà sérieusement affectées situées du nord de la capitale Athènes, de l'île d'Eubée et du Péloponnèse sont particulièrement concernées et sont également surveillées depuis les airs, ont ajouté les pompiers.

AFP
© AFP

L'île d'Eubée, plus durement touchée

Au total, près de 100 000 hectares ont brûlé en moins de deux semaines en Grèce, un record depuis les incendies meurtriers de 2007 qui avaient ravagé plusieurs régions du pays, selon les données actualisées mercredi du Système européen d'Information sur les Feux de Forêts (EFFIS). En moyenne, sur la même période entre 2008 et 2020, quelque 2 330 hectares avaient brûlé.

Comptant pour plus de la moitié des zones brûlées, l'île d'Eubée, la deuxième plus grande de Grèce, porte le plus lourd tribut.

Les incendies qui ont ravagé l'île d'Eubée au cours des 12 derniers jours ont déjà détruit 50.000 hectares. Quatre avions, deux hélicoptères et les membres de 15 sections de lutte contre les incendies ont été déployés pour maîtriser le nouvel incendie qui s'est récemment déclaré sur l'île, selon les pompiers. Des centaines de pompiers restaient par ailleurs mobilisés à travers la Grèce même si les incendies de forêt qui ont dévasté le pays ces dernières semaines étaient sous contrôle et en grande partie éteints. Le risque d'incendies demeure en effet "élevé" voire "très élevé", selon la Protection civile grecque, notant que les vents forts pouvaient transformer une petite flamme en feu de forêt majeur.Selon les pompiers, 51 incendies de forêt se sont ainsi déclarés entre vendredi et samedi matin.Les régions déjà sérieusement affectées situées du nord de la capitale Athènes, de l'île d'Eubée et du Péloponnèse sont particulièrement concernées et sont également surveillées depuis les airs, ont ajouté les pompiers.Au total, près de 100 000 hectares ont brûlé en moins de deux semaines en Grèce, un record depuis les incendies meurtriers de 2007 qui avaient ravagé plusieurs régions du pays, selon les données actualisées mercredi du Système européen d'Information sur les Feux de Forêts (EFFIS). En moyenne, sur la même période entre 2008 et 2020, quelque 2 330 hectares avaient brûlé.Comptant pour plus de la moitié des zones brûlées, l'île d'Eubée, la deuxième plus grande de Grèce, porte le plus lourd tribut.