Le Premier ministre de l'État australien de la Nouvelle-Galles-du-Sud (sud-est) a déclaré l'état d'urgence pour une semaine en réponse à la menace croissante des feux de forêt, annonce la BBC.

Depuis septembre, les feux de brousse ont tué 18 personnes et détruit plus de 1200 maisons dans la Nouvelle-Galles-du-Sud et le Victoria. Au moins 17 personnes sont toujours portées disparues.

Des milliers de personnes fuient actuellement une vaste zone touristique de 260 km le long de la côte de Nouvelle-Galles-du-Sud. Les approvisionnements en nourriture et en carburant s'épuisant dans certaines villes isolées. Il s'agit de "la plus grande relocalisation hors de la région jamais réalisée". Les pompiers ont sommé les vacanciers de quitter d'urgence cette zone avant samedi.

Une "journée horrible" attendue samedi

L'état d'urgence entrera en vigueur à 8h00 vendredi matin (ce soir heure belge) et durera sept jours, a annoncé jeudi Gladys Berejiklian, Première ministre de cet État. Il permettra aux autorités locales de procéder à des évacuations forcées, à des fermetures de routes "et à tout ce que nous devons faire en tant qu'État pour garder nos résidents et assurer la sécurité des biens", a-t-elle déclaré. "Nous ne prenons pas ces décisions à la légère, mais nous voulons aussi nous assurer que nous prenons toutes les précautions nécessaires pour être prêtes pour ce qui pourrait être une journée horrible samedi."

Le gouvernement de l'État a averti que les conditions seront probablement "au moins aussi mauvaises" que la veille du Nouvel An, quand des centaines de maisons ont été détruites.

Manque de carburant

Les autoroutes menant à Sydney et Canberra subissent de longs embouteillages. Les médias locaux ont fait état de files d'attente d'une heure pour l'essence dans la ville de Batemans Bay, tandis que le carburant était acheminé par camions escortés par la police, les approvisionnements étant en baisse dans la région.

null © Belga

De nombreuses routes sont restées fermées en raison des incendies persistants et d'autres dangers, tels que des arbres instables ou tombés. Des ouvriers déblayaient les routes, rétablissaient l'électricité et menaient des opérations de "brûlage à contre-courant" pour tenter de créer une barrière pour empêcher les feux de se propager davantage.

Les incendies de cette semaine ont détruit plus de 400 maisons, mais les responsables disent que ce nombre va augmenter. Le Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, a fait part "de craintes importantes" pour 17 personnes disparues dans son État.

Que se passe-t-il ailleurs dans le pays ?

Deux régions de l'Australie-Occidentale (ouest) sont également confrontées à de graves incendies et certaines parties de l'Australie méridionale (sud) devraient connaître des conditions extrêmes vendredi.

La chaine de télévision australienne ABC a rapporté que des feux de brousse avaient forcé la fermeture d'un tronçon de 330 km d'une autoroute dans l'Australie-Occidentale, causant de nombreux embouteillages.

En raison de la fumée liée aux feux de brousse, la qualité de l'air de Canberra a été jugée pire que celle de toute autre grande ville mondiale ce jeudi, selon le groupe suisse AirVisual. La poste australienne a suspendu les livraisons dans cette ville "jusqu'à nouvel ordre".

null © Belga

À Mallacoota, Victoria - où des milliers de personnes se sont réfugiées sur la plage mardi - un bateau de la marine devait commencer à évacuer les personnes qui ont été coupées des routes. Mercredi, des bateaux de police sont arrivés avec 1600 litres d'eau, de la nourriture, un ambulancier et des fournitures médicales.

Les services d'incendie de Victoria et de la Nouvelle-Galles-du-Sud ont averti qu'ils n'avaient pas pu atteindre certaines personnes dans certaines régions éloignées.

Le Premier ministre critiqué

Jeudi, le Premier ministre Scott Morrison, dont la gestion de la crise est de plus en plus contestée, a répété ses appels à ne pas paniquer et à faire confiance aux services d'urgence. "Je comprends la crainte et la frustration de beaucoup de gens, mais il s'agit d'une catastrophe naturelle, et la meilleure façon de faire face aux catastrophes naturelles est d'intervenir de façon méthodique et bien coordonnée comme nous le voyons aujourd'hui", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Alors qu'on lui reproche d'avoir "disparu" pendant la crise (il était en vacances avec sa famille), M. Morrison a ajouté que le Cabinet se réunirait lundi pour envisager une intervention à long terme contre les feux de brousse.

Les météorologues disent qu'un système climatique dans l'océan Indien, connu sous le nom de dipôle, est le principal responsable de la chaleur extrême en Australie. Cependant, de nombreuses régions de l'Australie ont connu des conditions de sécheresse, certaines pendant des années, ce qui a facilité la propagation et la croissance des incendies.

Des conséquences jusqu'en Nouvelle-Zélande

Mercredi, la fumée des incendies était visible depuis l'île du sud de la Nouvelle-Zélande, à plus de 2000 km, où la brume teintait le ciel en orange.

La fumée a même atteint la Nouvelle-Zélande et des glaciers habituellement blancs ont pris une nuance de couleur caramel, selon les services météo et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Cette fumée, qui dégage une odeur âcre, est apparue dans la zone pour la première fois mercredi matin. Dans certaines régions, le soleil est apparu comme un globe rouge ou doré, en fonction de l'épaisseur du nuage toxique. "On peut voir clairement cette fumée, qui a parcouru environ 2.000 km à travers la mer de Tasman", a indiqué dans un tweet le service néo-zélandais de prévisions météorologiques. "Dans les régions les plus touchées, la visibilité est faible, 10 km", selon la même source.

"Nous pouvons vraiment sentir l'odeur du brulé, ici, à Christchurch", une ville située sur la côte est de l'île du sud de l'Australie", a écrit une utilisatrice de Twitter, qui se fait appeler Miss Roho. Une autre femme, Rachel, a publié la photo du glacier Franz Josef, situé à plus de 2.000 kilomètres, dont le blanc immaculé a pris une teinte marron. "À côté du glacier Franz Josef. La neige "caramélisée" est causée par la poussière des feux de forêt", a-t-elle écrit mercredi.

L'acteur néo-zélandais Jemaine Clement a publié la photo d'un globe doré. "Tout au long de la Nouvelle-Zélande, la fumée des incendies australiens dans l'atmosphère nous donne cet étrange soleil", a-t-il commenté.

Le Premier ministre de l'État australien de la Nouvelle-Galles-du-Sud (sud-est) a déclaré l'état d'urgence pour une semaine en réponse à la menace croissante des feux de forêt, annonce la BBC.Depuis septembre, les feux de brousse ont tué 18 personnes et détruit plus de 1200 maisons dans la Nouvelle-Galles-du-Sud et le Victoria. Au moins 17 personnes sont toujours portées disparues.Des milliers de personnes fuient actuellement une vaste zone touristique de 260 km le long de la côte de Nouvelle-Galles-du-Sud. Les approvisionnements en nourriture et en carburant s'épuisant dans certaines villes isolées. Il s'agit de "la plus grande relocalisation hors de la région jamais réalisée". Les pompiers ont sommé les vacanciers de quitter d'urgence cette zone avant samedi.L'état d'urgence entrera en vigueur à 8h00 vendredi matin (ce soir heure belge) et durera sept jours, a annoncé jeudi Gladys Berejiklian, Première ministre de cet État. Il permettra aux autorités locales de procéder à des évacuations forcées, à des fermetures de routes "et à tout ce que nous devons faire en tant qu'État pour garder nos résidents et assurer la sécurité des biens", a-t-elle déclaré. "Nous ne prenons pas ces décisions à la légère, mais nous voulons aussi nous assurer que nous prenons toutes les précautions nécessaires pour être prêtes pour ce qui pourrait être une journée horrible samedi."Le gouvernement de l'État a averti que les conditions seront probablement "au moins aussi mauvaises" que la veille du Nouvel An, quand des centaines de maisons ont été détruites. Les autoroutes menant à Sydney et Canberra subissent de longs embouteillages. Les médias locaux ont fait état de files d'attente d'une heure pour l'essence dans la ville de Batemans Bay, tandis que le carburant était acheminé par camions escortés par la police, les approvisionnements étant en baisse dans la région.De nombreuses routes sont restées fermées en raison des incendies persistants et d'autres dangers, tels que des arbres instables ou tombés. Des ouvriers déblayaient les routes, rétablissaient l'électricité et menaient des opérations de "brûlage à contre-courant" pour tenter de créer une barrière pour empêcher les feux de se propager davantage. Les incendies de cette semaine ont détruit plus de 400 maisons, mais les responsables disent que ce nombre va augmenter. Le Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, a fait part "de craintes importantes" pour 17 personnes disparues dans son État.Deux régions de l'Australie-Occidentale (ouest) sont également confrontées à de graves incendies et certaines parties de l'Australie méridionale (sud) devraient connaître des conditions extrêmes vendredi.La chaine de télévision australienne ABC a rapporté que des feux de brousse avaient forcé la fermeture d'un tronçon de 330 km d'une autoroute dans l'Australie-Occidentale, causant de nombreux embouteillages.En raison de la fumée liée aux feux de brousse, la qualité de l'air de Canberra a été jugée pire que celle de toute autre grande ville mondiale ce jeudi, selon le groupe suisse AirVisual. La poste australienne a suspendu les livraisons dans cette ville "jusqu'à nouvel ordre".À Mallacoota, Victoria - où des milliers de personnes se sont réfugiées sur la plage mardi - un bateau de la marine devait commencer à évacuer les personnes qui ont été coupées des routes. Mercredi, des bateaux de police sont arrivés avec 1600 litres d'eau, de la nourriture, un ambulancier et des fournitures médicales.Les services d'incendie de Victoria et de la Nouvelle-Galles-du-Sud ont averti qu'ils n'avaient pas pu atteindre certaines personnes dans certaines régions éloignées.Jeudi, le Premier ministre Scott Morrison, dont la gestion de la crise est de plus en plus contestée, a répété ses appels à ne pas paniquer et à faire confiance aux services d'urgence. "Je comprends la crainte et la frustration de beaucoup de gens, mais il s'agit d'une catastrophe naturelle, et la meilleure façon de faire face aux catastrophes naturelles est d'intervenir de façon méthodique et bien coordonnée comme nous le voyons aujourd'hui", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.Alors qu'on lui reproche d'avoir "disparu" pendant la crise (il était en vacances avec sa famille), M. Morrison a ajouté que le Cabinet se réunirait lundi pour envisager une intervention à long terme contre les feux de brousse.Les météorologues disent qu'un système climatique dans l'océan Indien, connu sous le nom de dipôle, est le principal responsable de la chaleur extrême en Australie. Cependant, de nombreuses régions de l'Australie ont connu des conditions de sécheresse, certaines pendant des années, ce qui a facilité la propagation et la croissance des incendies.Mercredi, la fumée des incendies était visible depuis l'île du sud de la Nouvelle-Zélande, à plus de 2000 km, où la brume teintait le ciel en orange.La fumée a même atteint la Nouvelle-Zélande et des glaciers habituellement blancs ont pris une nuance de couleur caramel, selon les services météo et des témoignages sur les réseaux sociaux.Cette fumée, qui dégage une odeur âcre, est apparue dans la zone pour la première fois mercredi matin. Dans certaines régions, le soleil est apparu comme un globe rouge ou doré, en fonction de l'épaisseur du nuage toxique. "On peut voir clairement cette fumée, qui a parcouru environ 2.000 km à travers la mer de Tasman", a indiqué dans un tweet le service néo-zélandais de prévisions météorologiques. "Dans les régions les plus touchées, la visibilité est faible, 10 km", selon la même source. "Nous pouvons vraiment sentir l'odeur du brulé, ici, à Christchurch", une ville située sur la côte est de l'île du sud de l'Australie", a écrit une utilisatrice de Twitter, qui se fait appeler Miss Roho. Une autre femme, Rachel, a publié la photo du glacier Franz Josef, situé à plus de 2.000 kilomètres, dont le blanc immaculé a pris une teinte marron. "À côté du glacier Franz Josef. La neige "caramélisée" est causée par la poussière des feux de forêt", a-t-elle écrit mercredi.L'acteur néo-zélandais Jemaine Clement a publié la photo d'un globe doré. "Tout au long de la Nouvelle-Zélande, la fumée des incendies australiens dans l'atmosphère nous donne cet étrange soleil", a-t-il commenté.