"Je peux confirmer qu'à l'heure actuelle, huit personnes sont décédées", a déclaré Russell Davis, de la police du comté de Santa Clara, tout en prévenant que le bilan pourrait s'alourdir.

Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de maintenance de l'entreprise de transports publics visée, la Valley Transportation Authority (VTA), a précisé M. Davis, sans donner les circonstances de sa mort.

Il a été identifié comme Samuel Cassidy, 57 ans, selon plusieurs médias américains.

"Nous avons reçu des informations indiquant que des engins explosifs se trouveraient à l'intérieur du bâtiment", ont ajouté les autorités, expliquant qu'une équipe de démineurs était sur place pour fouiller les lieux et s'assurer "que la sécurité du public est assurée".

La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d'un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.

Des employés de la VTA figurent "parmi les victimes", selon la police, qui n'a pas précisé leur nombre.

Le site a été évacué et la "gravité des blessures" est en train d'être évaluée, a dit l'entreprise sur Twitter.

Devant le centre de maintenance, se trouvaient des dizaines de véhicules de police et des secours, ainsi que des agents du FBI.

- Série de fusillades -

Le président américain a été briefé sur la tuerie et "la Maison Blanche continue à surveiller la situation en collaboration étroite avec les autorités locales", a indiqué un communiqué.

"Nos pensées vont vers les victimes et leurs familles", a ajouté Karine Jean-Pierre, une porte-parole de la Maison Blanche. "Ce qui est clair, comme le président l'a dit, c'est que nous souffrons d'une épidémie de violence par arme à feu dans ce pays."

"C'est un moment très sombre pour notre ville et sa population, mais nous avons vu comme les gens peuvent se serrer les coudes dans ces moments très difficiles", a déclaré le maire de San José, Sam Liccardo.

"Nos pensées et notre amour vont à la famille VTA, à l'organisation et à ce qu'elles ont dû traverser", a déclaré, très ému, Glenn Hendricks, président du conseil d'administration de la compagnie.

"C'est une horrible tragédie qui s'est produite", a-t-il déploré.

Une série de fusillades ont endeuillé les Etats-Unis ces derniers mois, notamment dans une installation de FedEx à Indianapolis, dans un immeuble de bureaux en Californie, dans un supermarché à Boulder (Colorado) et dans plusieurs salons de massage à Atlanta.

Le week-end dernier, douze personnes ont été tuées par balle et une cinquantaine ont été blessées à travers le pays dans un regain de violence par arme à feu.

Joe Biden a dévoilé début avril des mesures visant à limiter la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis.

La violence par arme à feu est "une honte internationale", avait fustigé le président démocrate.

Depuis le début de l'année 2021, les armes à feu ont fait plus de 17.000 morts aux Etats-Unis, suicides inclus, et 232 fusillades ayant fait plusieurs victimes ont été recensées, selon le site Gun Violence Archive.

"Je peux confirmer qu'à l'heure actuelle, huit personnes sont décédées", a déclaré Russell Davis, de la police du comté de Santa Clara, tout en prévenant que le bilan pourrait s'alourdir.Le tireur présumé, qui est décédé, était un employé de maintenance de l'entreprise de transports publics visée, la Valley Transportation Authority (VTA), a précisé M. Davis, sans donner les circonstances de sa mort.Il a été identifié comme Samuel Cassidy, 57 ans, selon plusieurs médias américains. "Nous avons reçu des informations indiquant que des engins explosifs se trouveraient à l'intérieur du bâtiment", ont ajouté les autorités, expliquant qu'une équipe de démineurs était sur place pour fouiller les lieux et s'assurer "que la sécurité du public est assurée".La fusillade a eu lieu mercredi matin autour de 06H45 (13H45 GMT) près d'un centre de maintenance et de stockage de la VTA à San José, ville californienne située au sud de San Francisco.Des employés de la VTA figurent "parmi les victimes", selon la police, qui n'a pas précisé leur nombre.Le site a été évacué et la "gravité des blessures" est en train d'être évaluée, a dit l'entreprise sur Twitter.Devant le centre de maintenance, se trouvaient des dizaines de véhicules de police et des secours, ainsi que des agents du FBI.Le président américain a été briefé sur la tuerie et "la Maison Blanche continue à surveiller la situation en collaboration étroite avec les autorités locales", a indiqué un communiqué. "Nos pensées vont vers les victimes et leurs familles", a ajouté Karine Jean-Pierre, une porte-parole de la Maison Blanche. "Ce qui est clair, comme le président l'a dit, c'est que nous souffrons d'une épidémie de violence par arme à feu dans ce pays.""C'est un moment très sombre pour notre ville et sa population, mais nous avons vu comme les gens peuvent se serrer les coudes dans ces moments très difficiles", a déclaré le maire de San José, Sam Liccardo."Nos pensées et notre amour vont à la famille VTA, à l'organisation et à ce qu'elles ont dû traverser", a déclaré, très ému, Glenn Hendricks, président du conseil d'administration de la compagnie."C'est une horrible tragédie qui s'est produite", a-t-il déploré.Une série de fusillades ont endeuillé les Etats-Unis ces derniers mois, notamment dans une installation de FedEx à Indianapolis, dans un immeuble de bureaux en Californie, dans un supermarché à Boulder (Colorado) et dans plusieurs salons de massage à Atlanta. Le week-end dernier, douze personnes ont été tuées par balle et une cinquantaine ont été blessées à travers le pays dans un regain de violence par arme à feu.Joe Biden a dévoilé début avril des mesures visant à limiter la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis.La violence par arme à feu est "une honte internationale", avait fustigé le président démocrate.Depuis le début de l'année 2021, les armes à feu ont fait plus de 17.000 morts aux Etats-Unis, suicides inclus, et 232 fusillades ayant fait plusieurs victimes ont été recensées, selon le site Gun Violence Archive.