Le commissaire à la Justice Didier Reynders a annoncé sur Twitter l'envoi d'une lettre en ce sens au gouvernement de Viktor Orban.

La Hongrie prévoit des exceptions à l'interdiction d'accès à son territoire notamment pour les citoyens des autres pays du "groupe de Visegrad" (République tchèque, Slovaquie et Pologne) qui peuvent fournir un test négatif au Covid-19 de moins de cinq jours.

"Aujourd'hui (la commissaire aux Affaires intérieures) Ylva Johansson et moi-même envoyons une lettre au gouvernement hongrois rappelant l'importance de (sauvegarder) l'intégrité de l'espace Schengen et d'appliquer des mesures aux frontières de façon non discriminatoire à tous les citoyens et résidents de l'UE", a tweeté le commissaire belge.

"Toute mesure qui ne respecterait pas ces principes fondamentaux du droit européen devra bien entendu être immédiatement retirée", a-t-il poursuivi. Les commissaires doivent s'entretenir avec les autorités hongroises pour obtenir "davantage d'informations".

Des critères pour définir les zones à risques

Il n'est "pas possible d'avoir une discrimination sur la base de la nationalité entre les citoyens européens", a rappelé un porte-parole de la Commission, Christian Wigand, lors du point de presse quotidien.

Face aux restrictions de mouvement prises en ordre dispersé par les Etats membres pour tenter d'endiguer la propagation de la pandémie, la Commission prône également une meilleure coordination entre les 27 et une harmonisation des critères pour définir les zones à risques.

L'exécutif européen a indiqué avoir présenté des propositions en ce sens, dont les principales ont été reprises par la présidence allemande de l'UE dans un document qui doit être soumis aux ambassadeurs des 27 mercredi.

Le commissaire à la Justice Didier Reynders a annoncé sur Twitter l'envoi d'une lettre en ce sens au gouvernement de Viktor Orban.La Hongrie prévoit des exceptions à l'interdiction d'accès à son territoire notamment pour les citoyens des autres pays du "groupe de Visegrad" (République tchèque, Slovaquie et Pologne) qui peuvent fournir un test négatif au Covid-19 de moins de cinq jours."Aujourd'hui (la commissaire aux Affaires intérieures) Ylva Johansson et moi-même envoyons une lettre au gouvernement hongrois rappelant l'importance de (sauvegarder) l'intégrité de l'espace Schengen et d'appliquer des mesures aux frontières de façon non discriminatoire à tous les citoyens et résidents de l'UE", a tweeté le commissaire belge."Toute mesure qui ne respecterait pas ces principes fondamentaux du droit européen devra bien entendu être immédiatement retirée", a-t-il poursuivi. Les commissaires doivent s'entretenir avec les autorités hongroises pour obtenir "davantage d'informations".Il n'est "pas possible d'avoir une discrimination sur la base de la nationalité entre les citoyens européens", a rappelé un porte-parole de la Commission, Christian Wigand, lors du point de presse quotidien.Face aux restrictions de mouvement prises en ordre dispersé par les Etats membres pour tenter d'endiguer la propagation de la pandémie, la Commission prône également une meilleure coordination entre les 27 et une harmonisation des critères pour définir les zones à risques.L'exécutif européen a indiqué avoir présenté des propositions en ce sens, dont les principales ont été reprises par la présidence allemande de l'UE dans un document qui doit être soumis aux ambassadeurs des 27 mercredi.