"La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage", a déclaré Bernard Cazeneuve, sans fournir davantage de précisions sur cette "profanation". "Tout sera mis en oeuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice le ou les auteurs de cette ignominie", a-t-il encore assuré.

Selon le ministre, "aucune violence, aucune manifestation d'irrespect ni de haine inspirée par toutes les formes de racisme ou d'intolérance religieuse ne fragilisera notre indestructible volonté de vivre ensemble, en liberté". Ce n'est pas la première fois que le cimetière juif de Sarre-Union fait l'objet de profanations.

En 1988, une soixantaine de stèles juives avaient été renversées, et en 2001, 54 tombes avaient été saccagées. Un peu plus d'un mois après les attentats de Paris, qui ont notamment visé un supermarché casher, M. Cazeneuve est allé dimanche à Copenhague pour rendre hommage aux victimes d'une double fusillade contre un centre culturel où avait lieu un débat sur la liberté d'expression et contre une synagogue.

"La République ne tolérera pas cette nouvelle blessure qui meurtrit les valeurs que tous les Français ont en partage", a déclaré Bernard Cazeneuve, sans fournir davantage de précisions sur cette "profanation". "Tout sera mis en oeuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice le ou les auteurs de cette ignominie", a-t-il encore assuré. Selon le ministre, "aucune violence, aucune manifestation d'irrespect ni de haine inspirée par toutes les formes de racisme ou d'intolérance religieuse ne fragilisera notre indestructible volonté de vivre ensemble, en liberté". Ce n'est pas la première fois que le cimetière juif de Sarre-Union fait l'objet de profanations. En 1988, une soixantaine de stèles juives avaient été renversées, et en 2001, 54 tombes avaient été saccagées. Un peu plus d'un mois après les attentats de Paris, qui ont notamment visé un supermarché casher, M. Cazeneuve est allé dimanche à Copenhague pour rendre hommage aux victimes d'une double fusillade contre un centre culturel où avait lieu un débat sur la liberté d'expression et contre une synagogue.