"La pandémie de coronavirus a provoqué un énorme recul des libertés démocratiques, conduisant le score moyen de l'indice à son plus bas niveau historique", selon cette étude publiée par l'unité de recherche de l'hebdomadaire britannique.

Le phénomène est mondial, particulièrement marqué dans les régimes autocratiques d'Afrique ou du Moyen-Orient, mais la "suppression des libertés individuelles dans les démocraties avancées a été le fait le plus marquant de 2020", relève l'étude.

"L'abandon volontaire de libertés fondamentales par des millions de gens a été peut-être une des occurrences les plus remarquables de cette extraordinaire année (...) mais nous ne pouvons pas conclure que le haut niveau d'acceptation des mesures de confinement signifie que les gens dévalorisent la liberté", a commenté Joan Hoey, responsable de l'étude.

"Ils ont simplement jugé, sur la base des preuves (...), qu'éviter des décès catastrophiques justifiait une perte de liberté temporaire", selon elle.

La Belgique est ainsi reléguée dans la catégorie des "démocraties défaillantes", avec un indice de démocratie s'élevant à 7,51 sur 10. La France, aussi dans cette catégorie, fait à peine mieux avec une note de 7,99.

Au-dessus de 8, les pays sont considérés comme des "démocraties à part entière".

Cette catégorie regroupe les 23 premiers pays, le premier étant la Norvège avec un indice de 9,81. La Suisse ou le Canada y figurent.

L'indice de démocratie est calculé tous les ans par l'unité de recherche du groupe britannique The Economist. Il est calculé en base 10 selon 60 critères, regroupés en cinq catégories d'évaluation : processus électoral et pluralisme, libertés civiques, fonctionnement du gouvernement, participation politique et culture politique.

Avec un résultat mondial de 5,37, c'est "la pire moyenne mondiale depuis la création de l'indice en 2006". La plus forte baisse concerne le Mali, tandis que Taïwan enregistre de son côté la plus forte hausse.

Le pays le moins bien classé en 2020 est la Corée du Nord, avec un indice de démocratie de 1.08, classée parmi les "régimes autoritaires".

"La pandémie de coronavirus a provoqué un énorme recul des libertés démocratiques, conduisant le score moyen de l'indice à son plus bas niveau historique", selon cette étude publiée par l'unité de recherche de l'hebdomadaire britannique. Le phénomène est mondial, particulièrement marqué dans les régimes autocratiques d'Afrique ou du Moyen-Orient, mais la "suppression des libertés individuelles dans les démocraties avancées a été le fait le plus marquant de 2020", relève l'étude. "L'abandon volontaire de libertés fondamentales par des millions de gens a été peut-être une des occurrences les plus remarquables de cette extraordinaire année (...) mais nous ne pouvons pas conclure que le haut niveau d'acceptation des mesures de confinement signifie que les gens dévalorisent la liberté", a commenté Joan Hoey, responsable de l'étude. "Ils ont simplement jugé, sur la base des preuves (...), qu'éviter des décès catastrophiques justifiait une perte de liberté temporaire", selon elle.La Belgique est ainsi reléguée dans la catégorie des "démocraties défaillantes", avec un indice de démocratie s'élevant à 7,51 sur 10. La France, aussi dans cette catégorie, fait à peine mieux avec une note de 7,99.Au-dessus de 8, les pays sont considérés comme des "démocraties à part entière". Cette catégorie regroupe les 23 premiers pays, le premier étant la Norvège avec un indice de 9,81. La Suisse ou le Canada y figurent. L'indice de démocratie est calculé tous les ans par l'unité de recherche du groupe britannique The Economist. Il est calculé en base 10 selon 60 critères, regroupés en cinq catégories d'évaluation : processus électoral et pluralisme, libertés civiques, fonctionnement du gouvernement, participation politique et culture politique. Avec un résultat mondial de 5,37, c'est "la pire moyenne mondiale depuis la création de l'indice en 2006". La plus forte baisse concerne le Mali, tandis que Taïwan enregistre de son côté la plus forte hausse. Le pays le moins bien classé en 2020 est la Corée du Nord, avec un indice de démocratie de 1.08, classée parmi les "régimes autoritaires".