Ce lundi, les ministres de l'Intérieur de quelques États membres européens se réuniront à Malte pour un mini-sommet sur les migrations. Seront présents : La Finlande qui est président du Conseil européen, Malte, la France, l'Allemagne, l'Italie et la Commission européenne. Pour l'instant, ils souhaitent tous une relance volontaire du plan de distribution européen pour les migrants par bateau en Méditerranée. Les États membres qui ne veulent pas coopérer à long terme doivent être sanctionnés", prévient le président français Emmanuel Macron.
...

Ce lundi, les ministres de l'Intérieur de quelques États membres européens se réuniront à Malte pour un mini-sommet sur les migrations. Seront présents : La Finlande qui est président du Conseil européen, Malte, la France, l'Allemagne, l'Italie et la Commission européenne. Pour l'instant, ils souhaitent tous une relance volontaire du plan de distribution européen pour les migrants par bateau en Méditerranée. Les États membres qui ne veulent pas coopérer à long terme doivent être sanctionnés", prévient le président français Emmanuel Macron.SalviniEn 2015, durant toute la crise migratoire, l'Italie disposait de 55 000 places d'accueil, dont 35 000 dans des centres d'urgence temporaires, pour accueillir les migrants arrivés par bateau. Cette même année, cependant, 150 000 migrants ont débarqué dans la Botte de l'Europe. Avant même la situation ne devienne insoutenable, la Commission européenne a pris des mesures. Au début du mois de mai de la même année, la Commission a présenté un mécanisme de répartition automatique pour les réfugiés en Italie et en Grèce. Quatre mois plus tard, la majorité des ministres européens de l'Intérieur, dont Jan Jambon (N-VA), ont donné leur accord.Quatre ans plus tard, son élaboration mérite à peine une mention honorable. Quatre États membres d'Europe de l'Est, dont la Pologne et la Hongrie, ont refusé de participer. Sur les 22 États membres restants, seuls deux ont rempli leurs obligations dans les délais impartis. À titre d'illustration : selon l'accord, la Belgique devait accueillir 3812 réfugiés, mais elle n'a réalisé que 1171 réinstallations, ce qui a causé une certaine frustration à Rome. Les États membres européens ont forcé les Italiens à resserrer les vis budgétaires, mais une fois qu'ils étaient dans le pétrin, on les a abandonnés.Depuis quelque temps, l'Italie dénonce le manque de solidarité européenne en matière d'immigration. Même si le Vlaams Belang met l'ancien ministre de l'Intérieur et président de la Lega Matteo Salvini sur un piédestal, Tom van Grieken et d'autres ne veulent rien savoir de sa demande répartir les migrants en Italie entre les États membres européens. En outre, Salvini - comme la plupart de ses collègues européens - n'a pas hésité à conclure des accords bilatéraux avec les pays d'Afrique du Nord afin de renvoyer automatiquement les migrants économiques.Crise gouvernementale L'ambitieux mécanisme de répartition - qui devait devenir un modèle de solidarité européenne - s'est éteint. L'Italie a décidé de faire le travail elle-même. Sous l'impulsion de l'ancien Premier ministre italien Matteo Renzi, le gouvernement italien a conclu des accords reconnus par les Nations unies avec le gouvernement libyen. L'Italie a promis beaucoup d'argent, de formation et d'équipement en échange d'un meilleur contrôle des frontières libyennes. Dans la pratique, les milices libyennes effectuent toujours des patrouilles au large des côtes libyennes avec le soutien financier de l'Union européenne. Toute personne interceptée risque d'être torturée ou vendue sur le marché aux esclaves.Cette approche cynique fonctionne. Au cours des six premiers mois de cette année, 18 047 demandes d'asile ont été déposées en Italie, selon l'Organisation des Nations Unies pour les réfugiés. En 2017, on en comptait plus de 71 000. Malgré cette diminution, le problème n'a pas du tout été résolu. Au contraire, le nombre de décès a augmenté de façon spectaculaire au cours de l'année écoulée. En outre, ces derniers mois, le nombre de migrants qui se risquent à traverser la Méditerranée pour se rendre en Italie a de nouveau augmenté.La récente crise gouvernementale en Italie a entraîné une modeste percée. Salvini a fini sur les bancs de l'opposition à cause de son erreur de jugement stratégique et un gouvernement plus modéré est maintenant au pouvoir. En vue d'un budget italien stable, d'autres États membres européens veulent empêcher le gouvernement italien actuel d'imploser prématurément sous la pression de l'opposition de Salvini. De ce point de vue, la nouvelle tentative de réanimation d'un plan de répartition automatique ne vient pas de nulle part.Tous les demandeurs d'asile Mercredi dernier, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre italien Giuseppe Conte se sont rencontrés à Rome, où, malgré quelques divergences d'opinions, ils ont présenté un premier projet pour le plan. Qu'est-ce qui est prévu pour l'instant ? Le nouveau gouvernement italien est prêt à permettre aux canots de sauvetage de s'amarrer à nouveau dans les ports italiens. La seule condition, cependant, c'est que les autres pays assument automatiquement une partie de la charge. À l'avenir, cela devrait permettre d'éviter des impasses entre les États membres chaque fois qu'une embarcation de sauvetage amarre dans un port européen. Jusqu'à présent, de tels accords sur la répartition des migrants à bord des canots de sauvetage ont été traités au cas par cas, ce qui pourrait durer très longtemps.Par rapport au plan de distribution précédent, un certain nombre de nouveautés importantes sont à l'étude. Non seulement les réfugiés, mais aussi tous les demandeurs d'asile qui s'installent en Italie seront répartis entre les États membres participants. La France et l'Allemagne sont prêtes à accueillir chacune 25% des migrants par bateau. Le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, initialement très critique à l'égard de la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel, a été critiqué pour ce projet dans son parti démocrate-chrétien, mais a persisté. "Nous ne laissons personne se noyer", a déclaré Seehofer au Süddeutsche Zeitung au début du mois.En outre, la France et l'Italie souhaitent que le dispositif volontaire soit étendu en temps utile à un mécanisme paneuropéen obligatoire assorti de sanctions pour ceux qui refusent de participer. Dans le plan de distribution précédent, 6 000 euros par réfugié accueilli s'étaient révélés insuffisants pour persuader tous les pays d'y participer. "Nous ne voulons pas sanctionner pour sanctionner. Mais c'est à la fois une question de solidarité et de responsabilité ", a souligné la ministre française des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, la semaine dernière au Conseil des Affaires générales à Bruxelles.Les règles de Dublin L'ancien Secrétaire d'État à l'asile et à la migration Theo Francken (N-VA) ne pense pas que l'initiative soit une bonne idée s'il n'y a rien en retour. "Nous devons utiliser le mécanisme de solidarité comme levier pour adapter les règles de Dublin". Ces accords signifient que l'État membre dans lequel le réfugié s'est installé pour la première fois est responsable du traitement de la demande d'asile."Pour l'instant, les règles de Dublin ne s'appliquent que pour dix-huit mois, ce qui a des conséquences néfastes. "Les migrants voyagent, puis se cachent pendant un an et demi, puis demandent l'asile. Je veux que ce délai disparaisse", dit Francken. Cependant, l'Italie - et d'autres États membres du sud de l'Europe - n'aiment pas cela. "Si nous faisons preuve de solidarité avec l'Italie sans aucune condition, nous perdrons beaucoup de pression diplomatique pour changer ces règles. Je suis prêt à faire preuve de solidarité, mais l'amour doit être mutuel", dit Francken.