"Le président Ouattara a estimé que les négociations engagées pour obtenir la reddition de Gbagbo traînaient en longueur et que Gbagbo ne cherchait qu'à gagner du temps. Il a donc décidé d'intervenir militairement pour essayer de régler le problème, c'est-à-dire de capturer Gbagbo en vie", a indiqué à l'AFP cette source gouvernementale.

Les forces du président Ouattara sont parties "chercher" mercredi dans sa résidence d'Abidjan le chef d'Etat sortant Laurent Gbagbo, qui refuse toujours de se rendre, avait indiqué à l'AFP un porte-parole de ces forces à Abidjan.

"Gbagbo refusait toujours de reconnaître par écrit la victoire de Ouattara, ainsi qu'il le lui demandait, Ouattara a jugé qu'il n'était pas honnête", a-t-on également indiqué de source gouvernementale française.

Les soldats français de l'opération Licorne ne sont pas intervenus mercredi aux côtés des forces d'Alassane Ouattara, a également assuré à l'AFP cette même source.

Levif.be avec Belga

"Le président Ouattara a estimé que les négociations engagées pour obtenir la reddition de Gbagbo traînaient en longueur et que Gbagbo ne cherchait qu'à gagner du temps. Il a donc décidé d'intervenir militairement pour essayer de régler le problème, c'est-à-dire de capturer Gbagbo en vie", a indiqué à l'AFP cette source gouvernementale. Les forces du président Ouattara sont parties "chercher" mercredi dans sa résidence d'Abidjan le chef d'Etat sortant Laurent Gbagbo, qui refuse toujours de se rendre, avait indiqué à l'AFP un porte-parole de ces forces à Abidjan. "Gbagbo refusait toujours de reconnaître par écrit la victoire de Ouattara, ainsi qu'il le lui demandait, Ouattara a jugé qu'il n'était pas honnête", a-t-on également indiqué de source gouvernementale française. Les soldats français de l'opération Licorne ne sont pas intervenus mercredi aux côtés des forces d'Alassane Ouattara, a également assuré à l'AFP cette même source. Levif.be avec Belga