Quelques millimètres de pluies et une baisse des températures lundi ont été accueillis avec un léger soulagement dans le sud-est de l'Australie, avant que le mercure ne grimpe à nouveau en fin de semaine. Jusqu'à 15 millimètres ont été enregistrés dans la région d'East Gippsland et Bairnsdale où brûlent des feux de brousse dans l'Etat du Victoria. La pluie s'était déjà annoncée dimanche après-midi dans la ville côtière de Batemans Bay en Nouvelle-Galles du Sud. Une quinzaine de millimètres de pluie pourraient tomber par endroits sur les régions en proie aux flammes au sud de cet Etat.

Mais les conditions ne sont pas suffisantes pour éteindre les fournaises déclenchées par des conditions climatiques défavorables au cours des semaines précédentes, et en particulier durant un week-end infernal. En outre, les averses ne facilitent pas nécessairement la tâche des pompiers qui ne peuvent pas procéder à des feux préventifs pour dresser des lignes de confinement, explique le porte-parole des pompiers de Nouvelle-Galles du Sud, Greg Allen, au média public ABC.

Environ 136 foyers étaient toujours détectés dans cet Etat, dont 69 non contrôlés, et plusieurs douzaines étaient toujours répertoriés au Victoria. Des évacuations étaient encore en cours en Australie Occidentale.

Au delà des 24 vies perdues, le pays continue de dresser une liste de dommages conséquents dont environ 1.500 habitations détruites. Au moins 200 maisons de plus étaient recensées perdues dans l'Etat du Victoria, où des infrastructures de sport d'hiver, à Selwyn, ont aussi été détruites.

La faune et la flore sont aussi largement décimées sur les près de huit millions d'hectares de bush partis en fumée. La situation est particulièrement dramatique à Kangaroo Island, dont un tiers de l'île a été ravagée, où vivent de multiples espèces rares.

Les premières estimations évoquent des centaines de milliers d'animaux qui ont péri dans les incendies au sud du pays, dont de nombreux animaux de bétail. Une centaine de vétérinaires sont dépêchés pour gérer la situation.

L'armée qui a été appelée en renfort durant le week-end devra aussi concentrer ses efforts sur cet aspect de la crise, pour éviter tout risque sanitaire. Mais les 3.000 militaires réservistes ont avant tout pour mission d'aider les équipes d'urgence à évaluer les dégâts, de rétablir l'électricité ou de distribuer de l'aide alimentaire ou du carburant aux zones affectées.

Le gouvernement fédéral a annoncé financer à hauteur de 2 milliards de dollars (1,2 milliard d'euros) les efforts de reconstruction d'habitations et d'infrastructures, qui seront gérés par une agence nouvellement mis sur pied à cet effet pour une durée de deux ans.

Enfin, les dégagements de fumée continuent en outre de poser un problème sanitaire en particulier dans la capitale Canberra, avec des mesures de particules toxiques dépassant de loin les niveaux les plus dangereux. Le ministère de la santé a relocalisé ses employés dans d'autres bureaux, et de nombreux musées et magasins restaient fermés en raison de la qualité médiocre de l'air. Tous les vols de la société aérienne Qantas étaient annulés à l'aéroport de la ville et les livraisons par la poste étaient toujours suspendues.

Alors que les yeux restent rivés sur le sud-est du pays, un cyclone était lundi en train de gagner en puissance au large du nord-ouest de l'Australie, menaçant la ville de Broome avec des vents qui pourraient atteindre les 125 km/h, a annoncé l'agence météorologique australienne. Le cyclone de catégorie un, avec des vents soufflant à 75 km/h, devrait passer mardi matin dans la catégorie deux quand elle frôlera Broome, une ville de 14.000 habitants. Cette tempête tropicale ne devrait toutefois pas avoir d'impact sur les feux de forêts au sud du pays.

Quelques millimètres de pluies et une baisse des températures lundi ont été accueillis avec un léger soulagement dans le sud-est de l'Australie, avant que le mercure ne grimpe à nouveau en fin de semaine. Jusqu'à 15 millimètres ont été enregistrés dans la région d'East Gippsland et Bairnsdale où brûlent des feux de brousse dans l'Etat du Victoria. La pluie s'était déjà annoncée dimanche après-midi dans la ville côtière de Batemans Bay en Nouvelle-Galles du Sud. Une quinzaine de millimètres de pluie pourraient tomber par endroits sur les régions en proie aux flammes au sud de cet Etat. Mais les conditions ne sont pas suffisantes pour éteindre les fournaises déclenchées par des conditions climatiques défavorables au cours des semaines précédentes, et en particulier durant un week-end infernal. En outre, les averses ne facilitent pas nécessairement la tâche des pompiers qui ne peuvent pas procéder à des feux préventifs pour dresser des lignes de confinement, explique le porte-parole des pompiers de Nouvelle-Galles du Sud, Greg Allen, au média public ABC. Environ 136 foyers étaient toujours détectés dans cet Etat, dont 69 non contrôlés, et plusieurs douzaines étaient toujours répertoriés au Victoria. Des évacuations étaient encore en cours en Australie Occidentale. Au delà des 24 vies perdues, le pays continue de dresser une liste de dommages conséquents dont environ 1.500 habitations détruites. Au moins 200 maisons de plus étaient recensées perdues dans l'Etat du Victoria, où des infrastructures de sport d'hiver, à Selwyn, ont aussi été détruites. La faune et la flore sont aussi largement décimées sur les près de huit millions d'hectares de bush partis en fumée. La situation est particulièrement dramatique à Kangaroo Island, dont un tiers de l'île a été ravagée, où vivent de multiples espèces rares. Les premières estimations évoquent des centaines de milliers d'animaux qui ont péri dans les incendies au sud du pays, dont de nombreux animaux de bétail. Une centaine de vétérinaires sont dépêchés pour gérer la situation. L'armée qui a été appelée en renfort durant le week-end devra aussi concentrer ses efforts sur cet aspect de la crise, pour éviter tout risque sanitaire. Mais les 3.000 militaires réservistes ont avant tout pour mission d'aider les équipes d'urgence à évaluer les dégâts, de rétablir l'électricité ou de distribuer de l'aide alimentaire ou du carburant aux zones affectées. Le gouvernement fédéral a annoncé financer à hauteur de 2 milliards de dollars (1,2 milliard d'euros) les efforts de reconstruction d'habitations et d'infrastructures, qui seront gérés par une agence nouvellement mis sur pied à cet effet pour une durée de deux ans. Enfin, les dégagements de fumée continuent en outre de poser un problème sanitaire en particulier dans la capitale Canberra, avec des mesures de particules toxiques dépassant de loin les niveaux les plus dangereux. Le ministère de la santé a relocalisé ses employés dans d'autres bureaux, et de nombreux musées et magasins restaient fermés en raison de la qualité médiocre de l'air. Tous les vols de la société aérienne Qantas étaient annulés à l'aéroport de la ville et les livraisons par la poste étaient toujours suspendues. Alors que les yeux restent rivés sur le sud-est du pays, un cyclone était lundi en train de gagner en puissance au large du nord-ouest de l'Australie, menaçant la ville de Broome avec des vents qui pourraient atteindre les 125 km/h, a annoncé l'agence météorologique australienne. Le cyclone de catégorie un, avec des vents soufflant à 75 km/h, devrait passer mardi matin dans la catégorie deux quand elle frôlera Broome, une ville de 14.000 habitants. Cette tempête tropicale ne devrait toutefois pas avoir d'impact sur les feux de forêts au sud du pays.