"Jusqu'ici, plus de 4.000 personnes ont été blessées et plus de 100 ont été tuées. Nos équipes poursuivent leurs recherches et opérations de secours dans les zones environnantes", a ajouté l'organisation dans un communiqué.

Deux puissantes explosions successives ont secoué ce mardi Beyrouth faisant un nombre indéterminé de morts et de blessés, semant la panique et provoquant un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise.

Dans une première réaction d'un responsable, le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, a indiqué que les explosions étaient peut-être dues à des "matières explosives confisquées depuis des années", mais ajouté que l'enquête en cours devrait déterminer "la nature exacte de l'incident".

"C'est une catastrophe dans tous les sens du terme", a déploré le ministre de la Santé libanais, interrogé par plusieurs télévisions alors qu'il visitait un hôpital de la capitale. "Les hôpitaux de la capitale sont tous pleins de blessés", a-t-il souligné, appelant à transporter les autres blessés vers des établissements de la banlieue.

Des Belges touchés

Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a annoncé ce mardi en soirée que l'ambassade belge avait également été touchée et que la Belgique était prête à apporter une assistance aux Belges sur place.

Deuil national

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une première explosion suivie d'une autre qui provoque le gigantesque nuage de fumée. Les déflagrations ont fait trembler les immeubles et brisé des vitres à des kilomètres à la ronde.

"Les hôpitaux de la capitale sont tous pleins de blessés"

Le président Michel Aoun a convoqué une "réunion urgente" du Conseil supérieur de la Défense et le Premier ministre Hassan Diab a décrété un jour de deuil national. Selon l'agence nationale d'information ANI, il y a eu "des morts et des blessés". Le président de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh, a évoqué "des centaines de blessés", dans un appel à la télévision libanaise LBC."Nous sommes submergés par les appels téléphoniques", a-t-il dit. "C'est une catastrophe à l'intérieur (du port). Il y a des cadavres par terre. Des ambulances emmènent les corps", a indiqué à l'AFP un soldat aux abords du port.

Personnes coincées sous les décombres

Les médias locaux ont diffusé des images de personnes coincées sous des décombres, certaines couvertes de sang. Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité, qui ne laissent passer que la défense civile, les ambulances aux sirènes hurlantes et pompiers, selon des correspondants de l'AFP à l'entrée du port. Aux abords, les dégâts matériels et destructions sont importants. Plus de deux heures après l'explosion, les flammes enveloppaient toujours le secteur. Un hélicoptère collecte de l'eau de la mer pour éteindre les incendies, a constaté une correspondante de l'AFP.

Selon des témoins, les déflagrations ont été entendues jusqu'à la ville côtière de Larnaca, à Chypre, distante d'un peu plus de 200 km des côtes libanaises.

Photos après les explositions de Beyrouth au Liban., Reuters
Photos après les explositions de Beyrouth au Liban. © Reuters
null, Reuters
null © Reuters
"Jusqu'ici, plus de 4.000 personnes ont été blessées et plus de 100 ont été tuées. Nos équipes poursuivent leurs recherches et opérations de secours dans les zones environnantes", a ajouté l'organisation dans un communiqué.Deux puissantes explosions successives ont secoué ce mardi Beyrouth faisant un nombre indéterminé de morts et de blessés, semant la panique et provoquant un immense champignon de fumée dans le ciel de la capitale libanaise.Dans une première réaction d'un responsable, le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, a indiqué que les explosions étaient peut-être dues à des "matières explosives confisquées depuis des années", mais ajouté que l'enquête en cours devrait déterminer "la nature exacte de l'incident". "C'est une catastrophe dans tous les sens du terme", a déploré le ministre de la Santé libanais, interrogé par plusieurs télévisions alors qu'il visitait un hôpital de la capitale. "Les hôpitaux de la capitale sont tous pleins de blessés", a-t-il souligné, appelant à transporter les autres blessés vers des établissements de la banlieue.Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, a annoncé ce mardi en soirée que l'ambassade belge avait également été touchée et que la Belgique était prête à apporter une assistance aux Belges sur place.Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une première explosion suivie d'une autre qui provoque le gigantesque nuage de fumée. Les déflagrations ont fait trembler les immeubles et brisé des vitres à des kilomètres à la ronde. Le président Michel Aoun a convoqué une "réunion urgente" du Conseil supérieur de la Défense et le Premier ministre Hassan Diab a décrété un jour de deuil national. Selon l'agence nationale d'information ANI, il y a eu "des morts et des blessés". Le président de la Croix-Rouge libanaise, Georges Kettaneh, a évoqué "des centaines de blessés", dans un appel à la télévision libanaise LBC."Nous sommes submergés par les appels téléphoniques", a-t-il dit. "C'est une catastrophe à l'intérieur (du port). Il y a des cadavres par terre. Des ambulances emmènent les corps", a indiqué à l'AFP un soldat aux abords du port. Les médias locaux ont diffusé des images de personnes coincées sous des décombres, certaines couvertes de sang. Le secteur du port a été bouclé par les forces de sécurité, qui ne laissent passer que la défense civile, les ambulances aux sirènes hurlantes et pompiers, selon des correspondants de l'AFP à l'entrée du port. Aux abords, les dégâts matériels et destructions sont importants. Plus de deux heures après l'explosion, les flammes enveloppaient toujours le secteur. Un hélicoptère collecte de l'eau de la mer pour éteindre les incendies, a constaté une correspondante de l'AFP. Selon des témoins, les déflagrations ont été entendues jusqu'à la ville côtière de Larnaca, à Chypre, distante d'un peu plus de 200 km des côtes libanaises.