"Notre politique n'a pas changé. Nous ne quittons pas l'Irak", a déclaré le ministre américain de la Défense, au cours d'une conférence de presse. M. Esper a également dit s'attendre à des "représailles" iraniennes après la frappe américaine qui a tué en Irak vendredi le général iranien Qassem Soleimani.

L'attaque contre des intérêts américains que le général iranien Qassem Soleimani préparait au moment où il a été tué par une frappe américaine était une question de "jours", a assuré mardi le chef du Pentagone, Mark Esper.

Alors qu'il avait les jours précédents évalué l'imminence de cette attaque en "jours, voire semaines", le ministre américain de la Défense a clarifié ses propos au cours d'une conférence de presse. "Je pense qu'il est plus juste de parler de jours, c'est sûr", a-t-il affirmé.

Trump estime qu'un retrait américain serait "la pire chose" pour l'Irak

Le président américain Donald Trump a estimé mardi qu'un retrait des troupes américaines d'Irak serait la "pire chose" qui puisse arriver à ce pays, soulignant le danger que représente à ses yeux son puissant voisin iranien.

"Ce serait la pire chose qui puisse arriver à l'Irak", a déclaré M. Trump depuis le Bureau ovale en recevant le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. "A un moment donné, nous partirons (...) mais ce moment n'est pas venu", a-t-il ajouté.

"Notre politique n'a pas changé. Nous ne quittons pas l'Irak", a déclaré le ministre américain de la Défense, au cours d'une conférence de presse. M. Esper a également dit s'attendre à des "représailles" iraniennes après la frappe américaine qui a tué en Irak vendredi le général iranien Qassem Soleimani. L'attaque contre des intérêts américains que le général iranien Qassem Soleimani préparait au moment où il a été tué par une frappe américaine était une question de "jours", a assuré mardi le chef du Pentagone, Mark Esper.Alors qu'il avait les jours précédents évalué l'imminence de cette attaque en "jours, voire semaines", le ministre américain de la Défense a clarifié ses propos au cours d'une conférence de presse. "Je pense qu'il est plus juste de parler de jours, c'est sûr", a-t-il affirmé.Le président américain Donald Trump a estimé mardi qu'un retrait des troupes américaines d'Irak serait la "pire chose" qui puisse arriver à ce pays, soulignant le danger que représente à ses yeux son puissant voisin iranien."Ce serait la pire chose qui puisse arriver à l'Irak", a déclaré M. Trump depuis le Bureau ovale en recevant le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. "A un moment donné, nous partirons (...) mais ce moment n'est pas venu", a-t-il ajouté.