Ces peines sont nettement inférieures à celles réclamées par le parquet qui avait requis jusqu'à 25 ans de prison dans le cas de l'ancien vice-président régional Oriol Junqueras. Trois autres ont été condamnés à des amendes.

Puigdemont dénonce une "aberration"

L'ex-président catalan Carles Puigdemont a dénoncé une "aberration", après la condamnation des indépendantistes catalans, estimant qu'il était "temps de réagir".

"Cent ans de prison en tout. Une aberration. Maintenant plus que jamais, à vos côtés et à ceux de vos familles. Il est temps de réagir comme jamais auparavant. Pour l'avenir de nos fils et de nos filles. Pour la démocratie. Pour l'Europe. Pour la Catalogne", a écrit le responsable indépendantiste qui vit en Belgique après la tentative ratée de sécession en 2017.