Environ 280 gigawatts (GW) de capacités supplémentaires de production d'énergie renouvelable ont vu le jour en 2020, 45% de plus par rapport aux nouveaux ajouts comptabilisés en 2019, rapporte l'Agence internationale de l'énergie. Soit l'équivalent de la capacité totale des 10 pays asiatiques réunis dans l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), compare l'AIE.

C'est la plus forte hausse annuelle depuis 1999. Elle est portée par la Chine et par l'augmentation de 114 GW des capacités dans l'éolien, une hausse quasi doublée par rapport à celle de 2019 (+90%).

La Chine a compté l'an dernier pour la moitié de la croissance des capacités renouvelables dans le monde, à la suite d'une ruée pour terminer des projets avant la fin prévue de subventions publiques. "L'an passé, la hausse des capacités renouvelables a représenté 90% de la croissance mondiale du secteur de la production d'énergie", souligne Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, cité dans un communiqué de presse accompagnant le rapport. Et d'encourager les gouvernements à poursuivre cette "dynamique encourageante": "un développement massif de l'électricité propre est essentiel pour donner au monde une chance d'atteindre ses objectifs de zéro (émissions de CO2, NDLR) net", a-t-il averti.

L'AIE prévoit malgré tout une hausse des émissions de CO2 en 2021 "à cause d'une progression parallèle du recours au charbon". Le rythme de croissance enregistré en 2020 est cependant "appelé à devenir la 'nouvelle norme', avec environ 270 GW de capacité renouvelable en voie d'être ajoutée en 2021 et près de 280 GW en 2022, malgré un ralentissement en Chine", estime l'agence.

La croissance de l'éolien devrait ralentir un peu en 2021 et 2022, tandis que le solaire "va continuer de battre des records", avec des capacités supplémentaires atteignant plus de 160 GW d'ici 2022, confortant sa position de "nouveau roi" des marchés mondiaux de l'électricité, selon l'AIE.

La résurgence de la pandémie de Covid-19 crée une incertitude pour 2021 en Inde, estime l'agence, tandis qu'aux États-Unis, la croissance des capacités renouvelables pourrait s'accélérer si le gigantesque plan d'investissements dans les infrastructures du président démocrate Joe Biden se concrétisait.

Environ 280 gigawatts (GW) de capacités supplémentaires de production d'énergie renouvelable ont vu le jour en 2020, 45% de plus par rapport aux nouveaux ajouts comptabilisés en 2019, rapporte l'Agence internationale de l'énergie. Soit l'équivalent de la capacité totale des 10 pays asiatiques réunis dans l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), compare l'AIE. C'est la plus forte hausse annuelle depuis 1999. Elle est portée par la Chine et par l'augmentation de 114 GW des capacités dans l'éolien, une hausse quasi doublée par rapport à celle de 2019 (+90%).La Chine a compté l'an dernier pour la moitié de la croissance des capacités renouvelables dans le monde, à la suite d'une ruée pour terminer des projets avant la fin prévue de subventions publiques. "L'an passé, la hausse des capacités renouvelables a représenté 90% de la croissance mondiale du secteur de la production d'énergie", souligne Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, cité dans un communiqué de presse accompagnant le rapport. Et d'encourager les gouvernements à poursuivre cette "dynamique encourageante": "un développement massif de l'électricité propre est essentiel pour donner au monde une chance d'atteindre ses objectifs de zéro (émissions de CO2, NDLR) net", a-t-il averti. L'AIE prévoit malgré tout une hausse des émissions de CO2 en 2021 "à cause d'une progression parallèle du recours au charbon". Le rythme de croissance enregistré en 2020 est cependant "appelé à devenir la 'nouvelle norme', avec environ 270 GW de capacité renouvelable en voie d'être ajoutée en 2021 et près de 280 GW en 2022, malgré un ralentissement en Chine", estime l'agence.La croissance de l'éolien devrait ralentir un peu en 2021 et 2022, tandis que le solaire "va continuer de battre des records", avec des capacités supplémentaires atteignant plus de 160 GW d'ici 2022, confortant sa position de "nouveau roi" des marchés mondiaux de l'électricité, selon l'AIE.La résurgence de la pandémie de Covid-19 crée une incertitude pour 2021 en Inde, estime l'agence, tandis qu'aux États-Unis, la croissance des capacités renouvelables pourrait s'accélérer si le gigantesque plan d'investissements dans les infrastructures du président démocrate Joe Biden se concrétisait.